Randonnée, trekking et sports de plein air
     

Topo : Randonnée dans le Mercantour

Randonnée de plusieurs jours dans le Mercantour, en forme de boucle passant par l'Italie.

Topo créé par MarcR le 30/10/2012

Randonnée : Randonnée dans le Mercantour

RégionProvence-Alpes-Côte d'Azur
DépartementAlpes-Maritimes
MassifAlpes
ZoneMercantour
Altitude2798
TypeRandonnée
Difficulté2
Matériel

Chaussures de montagne, lunettes de soleil, crème solaire, gourdes pour faire une provision d'eau, vêtements chauds au cas où il ferait froid

Informations

Altitude départ1543 m
Déniv. totale12496 m
Déniv. positive6248 m
Déniv. négative6248 m
Horaire total46 heures
Horaire montée26 heures
Horaire descente20 heures
ParkingCastérino
Facile à trouver ?Oui
FréquentationNormale
Refuge

Castérino : 4 hôtels ou gites

Refuge de valmasque - CAF : cafresa.org ou 04 93 62 59 59

Refuge de Nice : 06 61 97 59 38 - CAF : cafresa.org ou 04 93 62 59 59

Refuge de Pagari : 00 39 0171 978 398 ou 00 39 3807 108 075 ou rifugiopagari@libero.it

San Giacomo - Baita Monte Gelas : 00 39 0171 978 704 ou baitamontegelas@yahoo.it

Refuge de Soria Ellena al Praiet : 00 39 0171 978 382 ou rifugioellenasoria@yahoo.com

Refuge de Cougourde : 04 93 03 26 00 - CAF : cafresa.org ou 04 93 62 59 59

Saint Grat - Relais des Mervailles, route de Gordolasque, 06450 Belvédère - 04 93 03 43 55

Refuge de la Madone de Fenestre : 04 93 02 83 19 - CAF : cafresa.org ou 04 93 62 59 59

Refuge des Merveilles : 04 93 04 64 64 - CAF : cafresa.org ou 04 93 62 59 59

Gite Neige et Mervailles, la Minière de Valaura, 06430 Tende - 04 93 04 62 40

Refuge de Fontanalbe

Voir sur la carte

Accès au départ

Mercantour.

Topo : itinéraire montée

Casterino - Refuge de Valmasque

Durée : 3 heures - Montée : 690 m

Nous quittons Castérino (1543 m) en prenant la petite route qui monte en direction de Valmasque. Nous atteignons un parking (1719 m). La piste de gauche va à Fontanalbe. Nous allons en face sur le chemin, direction refuge de Valmasque.

A Valmasque (1969 m), nous quittons le chemin (borne 374) et prenons un sentier dont certains tronçons sont empierrés et qui grimpe en lacets jusqu'à 2205 m d'altitude (borne 98). Nous bifurquons à droite pour aller au refuge de Valmasque (2223 m) qui domine la lac Vert. Le ciel est encombré de nuages, il fait froid et le vent souffle fort.

Refuge de Valmasque - Refuge de Nice

Durée : 4 heures 30 - Montée : 465 m - Descente : 466 m

Nous prenons le raccourci, à droite à la borne 98a, pour rejoindre le sentier de la Baisse de Valmasque (borne 97). Il longe la rive droite du lac Vert puis celle du lac Noir et enfin celle du lac de Basto (2341 m). En amont de ce lac, nous arrivons à la jonction du sentier de la Baisse de Fontanalbe (2366 m) (borne 96). Nous continuons pendant 500 m en direction de la Baisse de Valmasque puis nous tournons à droite (borne 95) sur le GR 52 vers la Baisse de Basto.

C'est d'abord une montée assez raide. Ensuite, le sentier traverse un long pierrier en prenant peu d'altitude. Nous passons à coté d'un petit lac (2540 m), non dénommé. Un bouquetin traverse et rompt le silence de cet endroit car, ici, on entend le silence. Après le lac, c'est la montée finale, assez raide, à la Baisse de Basto (2698 m) (2 heures 30).

La force du vent, la fraîcheur de l'air et les nuages nous encouragent à attaquer la descente sans attendre. Elle débute dans des éboulis raides et croulants. Nous atteignons un premier palier, reposant mais court. 

Après, c'est une nouvelle descente dans les éboulis qui se termine au début d'un chapelet de lacs dont le dernier est celui du Niré (2343 m). Ce tronçon, le long des lacs, est reposant.

Enfin, nous effectuons une dernière descente qui nous amène sur la passerelle pour traverser le torrent de la Fous. Nous arrivons au refuge de Nice (2232 m) qui est tout proche. Les nuages se sont dissipés mais la température reste fraîche et le vent souffle encore.

Refuge de Nice - Refuge de Pagari

Durée : 3 heures 30 - Montée : 598 m - Descente : 180 m

C'est sous un soleil radieux que nous quittons le refuge de Nice en descendant sur le sentier empierré. Nous franchissons la passerelle et prenons immédiatement le sentier de droite qui traverse le ruisseau du Clapier et qui va au Pas de Pagari. Le sentier serpente dans la verdure en contournant les barres rocheuses, sur la rive gauche du ruisseau de Pagari jusqu'aux lacs du Mont Clapier. A un moment donné, il fait une incursion de quelques mètres dans le lit du ruisseau sans passer sur la rive droite. Il passe entre les deux lacs (2537 m) (ici, il y a du réseau pour le téléphone mobile) puis monte vers le nord sur une sorte de petit plateau (2600 m).

Nous obliquons à gauche pour grimper dans un éboulis dont l'entrée est surveillée par un bouquetin qui monte fièrement la garde, perché sur une dalle. Le sentier est raide mais il est bien traçé. Nous atteignons une zone herbeuse et nous tournons à droite pour traverser un second éboulis en longeant la base des rochers qui le dominent. En sortant de cet éboulis, nous retrouvons une zone herbeuse et nous arrivons au Pas de Pagari (2798 m) (2 heures 30).

Ce col permet de passer en Italie et de franchir facilement cette muraille qui dépasse 3000 m d'altitude et qui va du Mont Clapier à la Cime du Gélas. La descente vers le refuge de Pagari est courte mais rude. Deux itinéraires sont possibles.

L'itinéraire direct nous fait franchir, en face, la croupe rocheuse (versant droit du vallon) en suivant les cairns et les traces de peinture rouge. Sur la croupe, il est possible d'apercevoir le drapeau qui signale la proximité du refuge. Ensuite, il faut descendre de l'autre coté en navigant entre les barres rocheuses pour arriver au refuge. C'est l'itinéraire conseillé.

L'itinéraire traditionnel consiste à descendre dans le vallon à travers un vaste pierrier inconfortable puis à prendre pied sur le glacier de Pagari qui résiste à sa disparition au pied de l'impressionnante paroi de la Malédie. En bas du glacier, nous apercevons le refuge qui est tout près et à la même altitude. Nous arrivons au refuge en traversant un dernier pierrier et en passant à coté d'un minuscule lac à moitié gelé, situé derrière le refuge (2650 m).

Le site est minéral et sauvage. Le refuge est dominé au sud par la Cime de Pagari et le Mont Clapier, à l'ouest par la Cime de la Malédie et sa paroi verticale. Au nord et à l'est, le paysage est ouvert. Au nord, nous distinguons le Mont Viso dont la silhouette émerge nettement au dessus des autres montagnes. Les bouquetins sont autour du refuge et ne sont pas effrayés par les randonneurs. Devant le refuge, de chaque coté du sentier, un jardin botanique a été aménagé. Ce site vaut le détour, le gardien et sa cuisine aussi.

Refuge de Pagari - San Giacomo

Durée : 4 heures 30 - Descente : 1 437 m

Dès qu'il se lève, le soleil inonde de lumière l'intérieur du refuge et éclaire la paroi de la Malédie. Un soleil radieux qui chauffe déjà l'atmosphère, l'absence de vent, des bouquetins qui s'amusent, un petit déjeuner copieux, c'est dans ce contexte magique que nous quittons le refuge de Pagari.

Nous empruntons le chemin muletier, un très bon sentier qui descend en pente douce jusqu'à San Giacomo. La descente est longue mais très agréable. Nous abordons une série de lacets qui cesse à la jonction du sentier qui vient du Pas de l'Agnel. Ensuite, nous bénéficions d'une partie reposante qui traverse un torrent descendant en cascades du glacier du Muraion.

Nous arrivons sur des barres rocheuses et nous commençons une seconde série de lacets. Après un peu de répit au niveau du Gias de Muraion (1845 m), une dernière série de lacets nous conduit au fond de la vallée du Monte Colombo. Au niveau de la jonction du sentier qui vient du Gias de Pontecreus et juste avant de traverser un ruisseau, il y a, à droite, un endroit idéal pour faire un halte : ombre, pelouse et cascades.

Le sentier reste sur la rive gauche du torrent jusqu'au Gias Colombo (1444 m). Ensuite, il franchit le torrent (passerelle) et reste sur la rive droite du torrent jusqu'à San Giacomo. Au Gias del Vei del Bouc (1440 m) (3 heures 30), le sentier se transforme en piste carrossable.

Au niveau du Gias del Rasur, nous entrons dans une forêt de hêtres et nous descendons à San Giacomo (1210 m). C'est une descente à l'ombre et dans une ambiance de cascades bruyantes et de torrent tumultueux. Nous passons à coté du pavillon royal de chasse et arrivons à San Giacomo (1210 m).

L'herbergement est possible à l'hôtel restaurant du Baïta Monte Gelas. Les repas sont excellents. Le cadre est magnifique et agréable : forêt de hêtres, verdure, torrent agité. 

San Giacomo - Refuge de Soria Ellena

Durée : 2 heures - Montée : 627 m

Nous prenons la piste carrossable qui monte derrière le restaurant Baïta Monte Gelas, dans la forêt de hêtres. Nous restons sur la rive gauche du torrent Gesso della Barra. Progressivement, nous sortons de la forêt et atteignons un parking, terminus de la piste, dénommé "Piazzale dei Cannoni (1473 m).

Ensuite, c'est un chemin jusqu'au refuge. Nous enchainons quelques virages et, au détour de l'un d'eux, nous apercevons le refuge. Nous arrivons dans dans les pâturages du Plan del Praiet qui est dominé par le refuge Soria (1840 m). Dans l'après midi, un orage éclate soudainement. La pluie et le vent sont violents mais cela ne dure qu'un quart d'heure.

Au sud, nois voyons la face nord du Gélas dont l'autéristé tranche avec les alpages verts entourant le refuge.

Refuge de Soria Ellena - Refuge de Cougourde

Durée : 4 heures 30 - Montée : 724 m - Descente : 474 m

Le vent a soufflé violemment durant la nuit. Le matin, il souffle fort, le ciel est couvert, un coup de tonnerre retentit mais il ne pleut pas. Nous quittons le refuge et prenons le sentier muletier qui va au Col de Fenestre (2474 m). C'est juste avant d'arriver au col que nous perdons de vue le refuge Soria.

Au col (2 heures) : belles vues sur le Gélas et nombrueux bouquetins qui ont pris possession de l'ancien bâtiment militaire.

Nous basculons du coté français et nous parcourons environ 200 mètres, jusqu'au carrefour de sentiers (2450 m). Nous tournons à droite pour aller au Pas des Ladres. Le sentier monte sur une crête (2540 m) en décrivant quelques lacets (ici, dans les lacets, on peut capter le réseau de téléphonie mobile) puis rejoint le Pas des Ladres (2448 m) (2 haures 30 depuis le refuge Soria). Cet itinéraire de jonction entre les deux cols est magnifique.

Ici, nous retroyvons le GR 52. Le début de la descente vers le Lac de Trécolpas est très raide. En arrivant dans la pelouse et aux abords du lac, la pente s'adoucit.

Le Lac de Trécolpas (2150 m) (3 heures 15 depuis le refuge Soria) est doté d'une petite ile qui est décalée vers l'amont et il est entouré de pelouse sur les 3 quarts de son périmètre. C'est une très beau lac (cela rappelle les Encantats), un arrêt s'impose. Les nuages se sont dissipés et le soleil est radieux.

Ensuite, nous poursuivons la descente dans la vallée du Boréon jusqu'à la borne 427 (2120 m), où nous quittons le GR 52. Nous prenons le sentier de droite qui nous conduit au refuge de Cougourde, à travers pierriers et zones boisées (2090 m).

Le site de la Cougourde est somptueux: refuge magnifique, reconstruit en 2001 et 2002, entouré de verdure et dominé par le Caire de Cougourde et la Cime de l'Agnel.

Refuge de Cougourde - Refuge de la Madone de Fenestre

Durée : 5 heures 15 - Montée : 531 m - Descente : 718 m

Nous quittons ce cadre somptueux et descendons dans la vallée du Boréon. Nous retrouvons le GR 52 au niveau de la borne 425 (1936 m). Nous restons sur la rive droite du torrent puis le franchissons au pont de Péraistrèche (1838 m). Nous continuons la descente, nous passons à coté du chalet Vidron (borne 422). Quand nous arrivons à la borne 421 (1702 m) (1 heure 30), nous tournons à gauche et prenons le sentier qui grimpe tout droit dans la forêt, direction Pas des Roubines ou de la Maïris et Cime du Pisset.

Au fur et à mesure que nous montons, le panorama sur la Courgourde s'élargit et nous pouvons apercevoir le refuge. Nous passons devant la borne 423 et continuons de monter. Ensuite, nous débouchons dans un clairière engazonnée, plate et idéale pour faire une pause (2030 m). Encore une petite montée et nous passons devant le refuge privé de la Maïris et atteignons le Pas des Roubines (2 124 m) (3 heures depuis la Cougourde). C'est un plateau, un vaste pâturage bordé au nord par la forêt qui va jusqu'au col. Donc, au Pas des Roubines, il y a de l'ombre.

La montée à la Cime du Pisset (on capte le réseau téléphonique) se déroule dans les pâturages (2233 m) (20 mn depuis le Pas des Roubines). Nous passons à coté d'un profond ravin qui montre que ce flanc de montagne est instable. le sentier évite une frange qui s'est légèrement affaissée (borne 430).

Nous entâmons la longue descente vers la Madone de Fenestre. La pente est douce, le sentier sert de limite au parc pendant 2 km environ. Il traverse un pierrier, un ravin et des pâturages.

Quand nous approchons de la Madone de Fenestre, la descente devient plus rapide. Nous débouchons sur le parking (il y a du réseau téléphonique) et arrivons au refuge de la Madone de Fenestre (1903 m).

Le site est somptueux : sanctuaire au coeur d'un cirque dominé par la Cime du Gélas et le Mont Ponset.

Refuge de la Madone de Fenestre - Saint Grat (Relais des Merveilles)

Durée : 5 heures 15 - Montée : 644 m - Descente : 947 m

Du refuge, nous descendons à la Vacherie de la Madone (1870 m), nous tournons à gauche puis, 200 mètres après (borne 367), nous tournons à droite, abandonnant le sentier du Pas du Mont Colomb pour celui de la Baisse des Cinq Lacs. Le sentier grimpe dans la forêt, dans le vallon du Ponset, puis débouche dans une plaine comportant une tourbière (2100 m). Nous reprenons de l'altitude pour atteindre la Baisse des Cinq Lacs (2335 m) (1 heure 45). Vers le nord, nous voyons le Pas des Ladres, le Col de fenestre et la Cime du Gélas. Vers le sud, ce sont les Lacs de Prals.

Nous descendons vers les lacs qui sont entourés de pelouse. C'est un endroit très calme où l'on peut croiser marmottes et chamois.

Nous passons entre les deux premiers lacs (2269 m) (2 heures depuis la Madone) et nous obliquons à gauche en suivant la rive du lac situé à notre gauche. Nous empruntons le sentier qui chemine à flanc de montagne et qui rejoint celui qui vient de vallon de Prals et qui monte à la Baisse de Prals. Après quelques lacets, nous arrivons à la borne 365 (2339 m) située immédiatement sous la Cime de Prals et nous tournons à gauche et c'est le col (2335 m) (45 mn depuis les lacs).

La descente s'effectue d'abord dans les pâturages, ensuite dans la caillasse jusqu'à la bergerie (2040 m) (50 mn depuis le col), enfin dans la forêt. Nous arrivons à Saint Grat (1560 m) (borne 275). Il reste 1,5 km à parcourir sur la route en direction du Pont du Countet pour rejoindre le Relais des Merveilles (1600 m).

Saint Grat - Refuge des Merveilles

Durée :  4 heures (+ 1 heures 30 pour les gravures rupestres)

Montée : 911 m (+ 170 m  pour les gravures)

Descente : 381 m (+ 170 m pour les gravures)

Nous franchissons la passerelle qui est derrière le Relais des Merveilles. Nous prenons le sentier de gauche et remontons la rive droite du torrent. Nous contournons un petit lac de barrage par l'amont et rejoignons une route sur la rive droite. Nous poursuivons sur la route jusqu'au parking du Pont du Countet (1960 m). Nous empruntons le sentier de droite (borne 412) qui grimpe à flanc de montagne vers la conduite forcée. Ensuite, ce sont de nombreux lacets dans la forêt. La conduite forcée est à notre droite.

Vers 2090 mètres d'altitude, nous sortons de la zone boisée et nous passons sous la conduite forcée. Dans le vallon d'Empuonrame, la pente est plus douce ; c'est une partie reposante avant la montée finale plutôt raide au Pas de l'Arpette.

Au Pas de l'Arpette (2511 m) (3 heures), la vue sur les Merveilles et ses nombreux lacs est magnifique. Un chamois est entrain de paître paisiblement.

La descente vers le refuge des Merveilles est assez tranquille, elle s'effectue dans les pâturages. Nous rejoignons le GR 52 et nous parcourons encore 1 km environ pour arriver au refuge des Merveilles (2130 m).

Nous reprenons le sentier en sens inverse pour nous diriger vers le Lac des Merveilles (2130 m) et visiter les gravures rupestres : Roche de l'Eclat, Christ, Chef de Tribu... Le long du GR 52, des bornes signalent la présence des gravures et informent le visiteur. Nous faisons demi-tour pour revenir au refuge des Merveilles.

Refuge des Merveilles - La Minière de Valaura (Neige et Merveilles)

Durée : 2 heures 30 - Descente : 630 m

Après avoir lu les 14 panneaux expliquant la géologie et l'histoire locales, nous quittons le refuge des Merveilles. Nous prenons la piste, direction Lac des Mesches. Nous passons à coté du Lac Saorgine. Au niveau de la borne 90, nous suivons le sentier qui part à gauche. La descente est rapide et nous retrouvons la piste au niveau d'une bergerie et de la borne 89. Nous parcourons environ 500 mètres sur la piste et nous la quittons en prenant, à gauche, le sentier (borne 89a) qui descend vers le torrent.

Nous le franchissons en empruntant la passerelle (1700 m) et nous restons sur la rive gauche. la pente s'adoucit, nous passons à coté de la cabane de Valaura, à la jonction du sentier pour la Baisse de Vallauretta (borne 383) et aux granges de Valaura. Le sentier devient un chemin, il est horizontal jusqu'au Lac de la Minière (1560 m). Après une descente courte et raide, nous arrivons au gite Neige et Merveilles de la Minière de Valaura (1500 m).

La Minière de Valaura - Castérino

Durée : 5 heures 30 - Montée : 888 m - Descente : 845 m

Nous reprenons la petite route qui monte derrière de gite, rive gauche du torrent. Nous passons à coté du Lac de la Minière (1560 m). Une piste horizontale, toujours rive gauche du torrent, nous amène aux granges de Valaura. Ensuite, le sentier monte en pente douce jusqu'à la borne 383. Ici, nous tournons à droite pour aller vers Fontanalbe. Le sentier grimpe dans la forêt et en sort au niveau du Gias de Valauretta (1960 m) (borne 384) (1 heure 45). La montée continue dans de vastes pâturages, jusqu'à la Baisse de Vallauretta (2278 m) (2 heures 45 depuis la Minière). Nous avons une vue panoramique sur la réserve de Fontanalbe.

La descente dans le vallon de Fontanalbe est agréable. Nous atteignons rapidement la jonction avec le sentier qui vient de la Baisse de Fontanalbe (borne 386) puis nous arrivons à un pont à proximité du lac Vert (2130 m) (15 mn depuis la Baisse de Fontanalbe).

Pour visiter les gravures rupestres, il faut traverser le pont et suivre le chemin qui se dirige vers le nord. Des gardes surveillent les lieux et renseignent les randonneurs. Après une bergerie (2200 m), un sentier conduit à la Voie Sacrée et à une table d'orientation( 2240 m). Ensuite, nous passons devant le Gias des Pasteurs et à coté des lacs Jumeaux. Nous longeons une tourbière et prenons le sentier de gauche pour aller voir d'autres gravures. Nous rejoignons le chemin qui nous ramène au pont. Une centaine de mètres avant le pont, nous faisons un détour par le lac Vert de Fontanalbe (2130 m). Il faut compter 1 heure 15 pour la boucle pont - Voie Sacrée - lacs Jumeaux - lac Vert -pont.

Nous franchissons le pont et nous retrouvons la piste qui descend à Castérino. Nous passons devant le refuge de Fontanalbe (2020 m) (15 mn dpuis le pont). Après, nous arrivons à un carrefour (1941 m) : panneau d'information sur le parc et borne 391. Nous tournons à droite pour prendre la piste qui va directement à Castérino (1543 m) (1 heure depuis le refuge de Fontanalbe).

Voir le topo sur la carte

Tracés Gps à télécharger

Aucun relevé pour ce topo.

Tous les commentaires

Il n'y a pas de commentaire sur cette page pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires inutiles ou déplacés seront supprimés par les administrateurs du site.  Votre adresse e-mail ne sera pas affichée. Les retours à la ligne seront convertis automatiquement.  Le code HTML sera supprimé du message. 

(non diffusée)

(Max : 1000 caractères) :

Pour aller sur la page de la photo, cliquez sur le numéro sous la photo.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

    @ 1999-2016 Randozone.com | Tous droits réservés | Déclaration CNIL n°1001010 | Haut de page