Trekking / France

Trièves Mont Aiguille - 6 jours de trek

avec

Grand Angle

Un trek de 6 jours en liberté avec l'agence Grand Angle entre Trièves et Vercors au pied du Mont Aiguille. 6 étapes dont 4 en itinérance en dormant à l'hôtel pour découvrir la partie sud du Vercors et le Trièves.

Après plus de 7 heures de route depuis Bordeaux, j'arrive enfin à Chichilianne où je dois dormir ce soir au château des Passières. Je suis parti de Bordeaux ce matin pour faire une randonnée entre Trièves et Vercors au pied du Mont Aiguille pendant 7 jours organisée par l'agence Grand Angle. Il y a 6 jours de marche avec des dates relativement libres car il s'agit d'une randonnée "en liberté". Cela veut dire que je n'ai pas de guide qui m'accompagne mais uniquement un dossier qui me guide pas à pas tout au long de la randonnée. Chaque soir, je dois rejoindre un hôtel ou un gîte (sauf pour les deux jours où je fais une randonnée qui revient au point de départ) et l'itinéraire va me permettre de faire une grande boucle autour du Mont Aiguille de Chichilianne à Chichilianne.

Grand Angle

Grand Angle est un tour opérateur spécialisé dans les voyages itinérants à pied et à vélo. Des itinéraires accompagnés par des guides diplômés ou en liberté partout en France mais aussi en Europe et ailleurs... L'agence a été créée en 1983 par Jean-Claude Praire et Anne-Marie Billault. Elle est implantée au coeurs du Parc Naturel Régional du Vercors, à 1000 mètres d'altitude. Une agence à taille humaine, à l'écoute de ses clients. C'est donc tout naturellement que l'agence m'a proposé de découvrir ce "trek en Liberté" au pied du Mont Aiguille dans le Trièves.

Arrivée à Chichilianne

Chichilianne se trouve dans le Trièves, à environ 60 kilomètres au sud de Grenoble. C'est un petit village réparti sur plusieurs hameau. Ce soir je dors au Château de Passières coeur du village, pas loin de la petite église romane.

Le château est très sympa et très bien placé en face du Mont Aiguille. Ma chambre a même vue sur le sommet emblématique de la région. Une fois installé dans la chambre, je récupère un dossier qui m'attend à l'accueil de l'hôtel. C'est Grand Angle qui a fait livrer ce dossier car il contient tout ce qu'il me faut pour marcher pendant les 6 prochains jours sur l'itinéraire prévu par l'agence : vouchers pour les hôtels, 2 cartes IGN qui couvrent la totalité de l'itinéraire, topoguide papier qui va me guider, documentation... Je lis rapidement le carnet qui décrit l'itinéraire puis je me concentre sur le premier jour : 15,6 kilomètres entre Chichilianne et Gresse en Vercors avec 700 mètres de dénivelé positif et 500 mètres de dénivelé négatif. Ca commence fort dès la première journée.

Même si le trek dure 6 jours, il n'y aura que 4 étapes d'itinérances, les deux autres journées étant consacrées à des randonnées qui reviennent au point de départ. Le deuxième, on fait l'ascension du Grand Veymont (on peut se contenter d'atteindre le Pas de la Ville) avec une grande boucle depuis le sommet avant de redescendre vers Gresse en Vercors. Pour réduire un peu la longueur de l'étape et refaire des photos sur les crêtes, j'ai choisi de faire un aller/retour jusqu'au sommet. Ensuite l'avant dernière étape est aux choix une boucle dans le cirque d'Archiane ou l'ascension du Mont Barral. J'ai préféré le cirque d'Archiane à cause de la météo et parce que je m'étais promis de revenir dans ce cirque lors de mon précédent passage dans le coin en 2009.

Le gros avantage de ce type de trek c'est que je ne porte que mes affaires de la journée. Mon sac de voyage est transféré d'un hébergement à l'autre par Grand Angle. Comme je prends pas mal de matériel photo, mon sac pèsera environ 8 kilos mais je pourrais ne partir qu'avec le strict minimum si je voulais. Toutes les affaires dont j'ai besoin après ma journée de marche m'attendra sagement à mon hôtel. Parfait pour ceux qui ne veulent pas porter des sacs de 15 kilos sur le dos. En plus, dormir à l'hôtel dans un vrai lit ajoute une touche de confort qui peut être intéressante après presque 4 mois de confinement sans trop faire de sport. C'est une reprise avec des étapes assez longues donc la récupération va être très importante. Et dormir dans un vrai lit permettra de bien me reposer tout en commençant à préparer mon article après la marche.

Le soir, je mange à l'hôtel. Tous les repas du soir et les petits déjeuners sont pris dans les hôtels du parcours et inclus dans le prix. Je n'ai pas pris l'option pique-nique du midi car j'ai des produits à tester et qu'en randonnée je ne mange pas beaucoup en journée. Je me contenterai donc de purée et de compote énergétique de la marque Atlet. J'aurai aussi quelques gels et une boite de moelleux. Si ils sont aussi nutritifs qu'indiqué, je ne devrai pas avoir faim tout au long de la randonnée, sachant que ces produits sont conçus pour des traileurs ou des triathlètes qui font des longues distances. L'effort est moins intense pendant une randonnée donc ces produits devraient êtres parfait pour moi.

1ère étape : Chichilianne - Gresse en Vercors

Après le petit déjeuner à l'hôtel, je laisse ma voiture sur le parking et je commence à marcher. Il est déjà 8h20 (il faut s'adapter aux horaires de petit déjeuner des hôtels) et le soleil brille dans un ciel bien bleu. Je préfère partir le plus tôt possible en plein été pour profiter de la température encore fraîche du matin ainsi que de la lumière plus intéressante qu'en plein milieu de la journée. Je suis à environ 1000 mètres d'altitude donc il fait assez frais à cette heure de la journée. Mais comme j'ai 5h30 de marche, je vais certainement terminer la randonnée à une heure où la température sera beaucoup plus élevée s'il faut beau.

J'ai pris 1,5 litre d'eau pour cette première étape. En fonction de ce qu'il me reste j'aviserai pour les prochaines étapes en essayant éventuellement d'en prendre un peu moins pour alléger le sac (ou de boire plus le matin pour réduire la quantité d'eau dans mon sac).

Je commence par traverser le village et revoir la belle église romane que j'avais déjà vu le soir d'avant car j'avais été me balader après le repas. On est en plein été donc les journées sont assez longues et il fait jour assez tard même en montagne. L'occasion parfaite pour profiter du coucher du soleil, d'autant plus que l'endroit est vraiment superbe avec cette vue magnifique sur la face sud-est du Mont Aiguille.

Après l'église, un peu de route puis je prend un premier sentier sur la droite. Je vais alter route et sentier pour rejoindre le hameau de Ruthière (qui fait partie de la commune de Chichilianne). Le topoguide fourni m'indique qu'il faut entre 45 et 50 minutes pour atteindre le hameau et c'est bien le temps que j'ai mis. J'ai un peu hésité au début mais les temps indiqués sont assez précis et il faut marcher d'un bon rythme pour les tenir. Ne pas oublier aussi que ce sont des temps de marche indiqués sans les pauses.

Sur le Tour du Mont Aiguille

Je rejoins ensuite le sentier du Tour du Mont Aiguille, itinéraire que je suivrai plusieurs fois au cours des prochains jours. Le Tour du Mont Aiguille peut normalement se faire en une seule journée de 22 kilomètres et 7h30 de marche avec 1018 mètres de dénivelé positif. C'est une randonnée assez longue sans passage difficile en l'absence de neige. Le départ peut se faire de Chichilianne (Richardière, Ruthières ou Trézanne) ou de Gresse en Vercors (La Bâtie). L'itinéraire proposé par Grand Angle permet, sur 4 jours d'en voir un peu plus tout en restant la plupart du temps en vue du Mont Aiguille.

Des points du vue sur le Mont Aiguille

Dès le début je profite de jolis points de vue sur le sommet qui va m'accompagner tout au long de ces 6 jours. Les champs de blé font de très beaux premiers plans et le ciel est encore bien bleu.

Ensuite direction Trésanne avec sa petite chapelle et son toit en chaume qui propose un beau panorama sur le Mont Aiguille en arrière plan mais cette fois çi en face nord-est ce qui fait qu'elle est plus effilée que le matin depuis l'hôtel.

J'entame alors la montée vers le col de Papavet. J'adore ce nom pour un col qui se trouve à 1245 mètres d'altitude. Ca grimpe un peu mais je suis à l'ombre la plupart du temps. Depuis le col, la vue sur le Mont Aiguille est vraiment superbe et je passe un bon moment à faire des photos et profiter de la vue. Dommage, les nuages ont fait leur apparition et rendent la lumière moins agréable.

D'après le guide, ça fait 2h30 que je marche. Et ça fait effectivement 2h10 que je suis parti de l'hôtel. J'ai bien marché, n'ai pas fait trop de pause et je suis dans les temps. C'est bon à savoir pour estimer les temps de marche des prochains jours.

A noter que mon sac, ce premier jour, fait presque 9 kilos. Pour les prochains jours, je vais l'optimiser, en particulier en prenant moins de matériel photo (une seule batterie de secours, pas de gopro...) et en prenant un peu moins d'eau. Le jours le plus léger, je serai à 6,5 kilos il me semble mais ensuite le sac était un peu plus lourd car la météo était plus aléatoire comme on le verra plus loin.

Depuis le col de Papavet, je continue à monter car je dois maintenant rejoindre le col des Pellas qui se trouve à une altitude de 1349 mètres. La vue est aussi très sympa mais je préfère celle du col précédent.

Je fais une pause dans un charmant petit hameau aux nombreuses maisons fermées. Et j'en profite pour gouter un moelleux de la marque Atlet. Il est très bon et c'est bien agréable de manger en faisant un peu reposer les pieds à l'ombre des arbres. Mais je ne traine pas car il me reste de nombreux kilomètres à parcourir.

Le Mont Aiguille est toujours présent avec sa masse imposante. Il ne m'aura pas quitté de la journée même si de temps en temps il passe dans les nuages qui ont fait leur apparition.

Puis, je vais alterner les montées et les descentes avec de nombreux passages en forêt et quelques passages courts sur la route (rien de bien méchant). Je vais passer par le hameau des Pellas, Chauplane et je vais monter jusqu'au col de l'Allimas à 1362 mètres après un long passage sur la route.

Depuis ce col, il me reste ensuite 40 minutes de marche, essentiellement en descente pour atteindre l'objectif de la journée qui est le petit village de Gresse en Vercors et l'hôtel de la Chicholière. Je dois avouer que j'ai trouvé la dernière heure vraiment très longue après 4 mois sans sport. Mais je ne doute pas que mon corps va rapidement s'adapter et que ce sera de plus en plus facile au fur et à mesure que les jours passeront.

L'important maintenant va être de bien récupérer. Je n'ai pas d'ampoule car j'ai pris mes grosses chaussures Lowa qui sont très confortables et qui étaient déjà avec moi pour le trek au Pérou en 2018. Ce sont aussi les chaussures que je ré-utilise systématiquement quand je n'ai pas de test à faire.

Pour le sac à dos, je suis équipé du Millet Ubic 30 que je teste depuis quelques mois. C'est plutôt un sac d'alpinisme/ski de randonnée/raquettes à neige mais son volume de 30 litres me permet de l'utiliser aussi lors de randonnées à la journée. Le dos n'est pas le plus aéré des sacs que j'ai en ma possession mais il est très sympa à utiliser et je voulais le tester sur plusieurs jours de randonnée.

J'avais aussi la veste Patagonia Torrentshell 3L pour les moments où la météo serait plus difficile ce qui fut le cas en cours de semaine. Pour le reste, j'ai alterné entre mon short The North Face et mon pantalon léger Patagonia.

Pour boire j'étais équipé d'une gourde Camelback Eddy de 750ml et d'une poche à eau Platypus (2 litres mais jamais remplie) à l'intérieur de mon sac avec une pipette.

Je marchais avec deux tee-shirts durant la journée (avec parfois les deux sur moi quand il faisait froid): 3 tee-shirts à manches courtes et un tee-shirt Columbia à manches longues.

C'est l'avantage d'avoir un sac de voyage qui nous suit, on peut prévoir plusieurs tee-shirts et plusieurs paires de chaussettes pour une semaine et pas réutiliser les même vêtements tout au long de la semaine. Le confort total surtout pour les chaussettes et le tee-shirt manches courtes. Et toujours sur la tête une casquette légère et des lunettes de soleil. Indispensables pour toutes les randonnées.

2ème jour : Ascension du Grand Veymont

En 2009, j'étais passé dans le cirque d'Archiane dont je reparlerais plus tard mais aussi à Gresse en Vercors car je voulais monter au Grand Veymont. Finalement je n'avais pas pu faire l'ascension et je m'étais dis qu'il faudrait revenir car le coin était vraiment fantastique. J'étais donc assez content d'être là et de pouvoir monter sur ce sommet emblématique de cette région car c'est le point culminant du massif du Vercors avec une altitude de 2341 mètres.

Aujourd'hui, je reviens à mon point de départ car je pars de Gresse en Vercors et je reviens au même endroit le soir. Entre temps, je serai monté au Pas de la Ville (1927 mètres) puis au sommet du Grand Veymont. Une grosse journée avec plus de 1000 mètres de dénivelé positif entre le village et le sommet. Le retour se fera par le même itinéraire plutôt que la boucle prévue dans le guide.

Je démarre assez tôt aux environ de 7h40. J'ai d'abord une grosse demi heure de route à longer pour rejoindre le parking du champ de l'Herse à 2 kilomètres de mon hôtel. Pour le moment il fait très beau et un peu frais. Idéal pour commencer la randonnée.

Une fois au parking, je commence la randonnée par un sentier qui va monter dans la forêt de manière assez raide. On débouche ensuite dans les alpages au pied de superbes falaises et un sentier qui va devenir de plus en plus raide jusqu'au Pas de la Ville et ses 1925 mètres d'altitude. Le topoguide indique une durée de 2h20 mais en marchant bien, je suis monté en 1h45. Il est donc 9h25 quand j'atteins le col et profite d'une jolie vue sur les hauts plateaux du Vercors.

Depuis le Pas de la Ville je continue à monter avec un passage un peu aérien qui demande un peu d'attention et où il faut faire attention quand on croise les gens car le sentier est étroit.

Une fois ce passage franchi, le sentier est plus à plat et bien plus large. Il est donc plus facile de progresser et je croise quelques chamois pendant la montée jusqu'au sommet. Il y a beaucoup de monde qui fait l'ascension du Grand Veymont car nous sommes le 14 juillet et il y a donc beaucoup de randonneurs qui viennent de Grenoble pour la journée.

Une fois sur le plateau, il est facile d'atteindre le sommet en profitant d'une superbe vue sur le plateau du Vercors en contrebas. Sur ma gauche, la falaise plonge vers le village de Gresse en Vercors où je me trouvais le matin. Cette zone est vraiment magnifique avec en ligne de mire le sommet du Grand Veymont où se trouve déjà beaucoup de monde.

L'avantage avec cette randonnée, c'est qu'il est impossible de se perdre. En plus, on est le 14 juillet donc il y a énormément de monde sur le sentier. Petite pause au Pas de la Ville avant de continuer à monter sur la gauche. Il y a quelques passages un peu aériens puis je met les pieds sur le plateau incliné qui va m'amener tranquillement jusqu'au sommet du Grand Veymont à 2341 mètres d'altitude. Il est 10h48. J'ai donc mis un peu moins d'1h20 pour monter au sommet depuis le Pas car j'ai fais une bonne pause au dessus du col pour mettre de la crème solaire et changer de tee-shirt. 3h08 depuis la Chicholière, je vais pouvoir prendre mon temps au sommet pour profiter de la vue et faire quelques photos.

Au retour, j'ai surtout fait plusieurs pauses pour faire des photos des falaises mais aussi des chamois qui se baladent le long du sentier à la grande joie de tous les randonneurs. Il y en avait même un ou deux de très très jeunes.

J'ai hésité à faire la boucle complète de 19km mais avec un orteil fissuré un mois plus tôt qui me fait mal, je préfère ne pas trop forcer le deuxième jour et descendre par les crêtes pour faire d'autres photos et me "contenter" d'un aller/retour de 14 kilomètres tout de même.

Et j'ai bien fait, car la descente entre le Pas et le parking de la Herse va être douloureux pour mon orteil. Les chaussures Lowa Camino Gtx le protège bien mais je sens la douleur de temps en temps. Ensuite il ne reste plus qu'à marcher le long de la route jusqu'à la Chicholière.

Vous pouvez aussi consultez ces pages :