Dans ma tête, avant un départ pour 5000 km à pied : de la Bretagne jusqu'à Istanbul

Je vous raconte tout ce qu'il s'est passé dans ma tête avant mon départ pour un trek de 5000 kilomètres à pied qui va me mener de la Bretagne jusqu'à Istanbul en Turquie

Page Trekking créée le 29/09/2019 par

Trekking : Dans ma tête, avant un départ pour 5000 km à pied : de la Bretagne jusqu'à Istanbul

A savoir à propos de cette activité

Localisation

Informations

  • Durée : Plusieurs mois
  • Départ : Pointe du Raz en Bretagne
  • Niveau : Très difficile

Itinéraire trekking

Un peu moins d'une semaine s'est écoulé depuis mon retour de Malaisie, pourtant ce voyage me paraît déjà loin.

Malgré la capacité que j'ai de vite passer à autre chose, je réalise que je me sens plus chez moi en Asie, qu'ici en Bretagne. Drôle de sensation mais je ne m'y attarde pas; j'ai autre chose en tête.

Tous mes proches sont maintenant au courant de ma future expédition, et j'ai eu des avis mitigés à cette annonce. Du " wao c'est génial je te souhaite bonne chance " au " mouais, ça paraît un peu gros tu vas galérer ", je tourne leurs réactions dans mon sens. Si c'est positif je suis content, et si c'est négatif je le suis également car ça sera l'occasion de leur montrer que j'en suis capable.

En gros quoi qu'ils me disent, ça me motive. A l'heure qu'il est, ce projet est tellement ancré en moi que j'ai la conviction que j'y arriverai. J'en parle même comme si j'avais déjà réussi, alors que je ne suis pas encore parti.

C'est la première fois que je dois préparer une expédition comme celle ci. Ce n'est pas de la randonnée extrême, mais qui durera sur plusieurs mois, et cela implique donc un minimum d'organisation pour limiter les problèmes une fois sur la route.

A commencer par l'itinéraire. Je n'ai jamais été fan de préparer mes voyages à l'avance, préférant laisser la vie et les imprévus me guider au fil des jours. Mais là, c'est différent.

En quittant la Pointe du Raz début août, je devrais arriver au Lac Constance mi octobre, et ainsi traverser les Alpes juste avant le grand froid. Ensuite, plus l'hiver approchera, plus je longerai le sud pour me maintenir un tant sois peu au chaud jusqu'à Istanbul en Turquie.

Bifurquant sur les différents sentier européens présent tout du long, je devrais me débrouiller pour éviter un climat hostile, et c'est tant mieux : inutile de rajouter de la difficulté à ce périple.

Arrive donc la question de l'équipement. J'ai très peu de connaissance en randonnée, mais je sais qu'il me faut du matériel en premier lieu résistant, mais aussi plutôt léger.

C'est avec ces deux critères que je m'en vais faire des courses, et c'est un plaisir de choisir minutieusement l'équipement qui sera mon meilleur ami pendant les prochains mois. Comme prévu, j'emporterai le minimum : le sac pèse environ 15 kilos, et c'est déjà beaucoup. Je devrais sûrement racheter du matériel pour traverser les Alpes mais je n'y suis pas encore, chaque chose en son temps.

Ça, c'était pour la première partie de la préparation, le côté technique et pratique...

Avec mon ami Stevan on souhaite partager cette aventure via les réseaux sociaux, YouTube principalement, et je me suis donc acheté une caméra et un micro pour l'occasion.

Moi qui suis d'ordinaire plutôt déconnecté, je dois me familiariser avec Facebook et Instagram, pour essayer de donner des nouvelles assez régulièrement.
On met également en place une page de collecte d'argent pour l'association All hands and Hearts, qui reconstruit des écoles un peu partout dans le monde après des catastrophes naturelles.

Pour ce qui est de YouTube, c'est Stevan qui s'occupera des montages vidéo. Quand je lui est parlé du projet, il a tout de suite été emballé. Je lui enverrai la carte sd par la poste toutes les deux semaines environ, puis ça sera à lui de jouer. D'ailleurs il doit arriver chez moi demain, car on prévoit de tourner 3 vidéos avant le début de l'aventure.

Bref, tout est bien huilé et je suis surmotiver, ça en devient presque difficile de ne pas partir dès maintenant. Je me force à manger plus qu'à mon habitude pour prendre quelques kilos avant que je ne parte, et chaque jour je marche plusieurs kilomètres avec mon sac pour m'entraîner.

L'été est agréable ici à Ploemeur, je profite de mes derniers moments à pouvoir buller, tout simplement ne rien faire, observer le calme et la sérénité autour de moi.

Adossé à un arbre, je dévore les récits de Mike Horn et de Sarah Marquis, qui remplissent mes journées de joie et d'inspiration.

Le départ n'est plus qu'une question de temps et ça tombe bien, car je suis prêt.

La nuit a été courte. Le réveil continue de sonner, et j'ai du mal à me lever. D'une vision floue et encore endormie, je jette un oeil sur ma tablette. 6h30.
J'aurais bien aimé le décaler de quelques minutes et profiter de la torpeur de mes rêves, mais aujourd'hui est un jour spécial. Aujourd'hui, c'est le grand jour.

La veille, l'appréhension du départ m'a fait me coucher a 2h. Telle une liste de course, je cochais dans ma tête les derniers impératifs que j'avais a faire avant de partir. Un post sur Facebook pour annoncer le départ, et tout était ok.

Je pensais partir le jeudi, mais j'ai décalé au vendredi, puis au samedi. Finalement je suis parti dimanche. On est jamais 100% prêt pour un voyage comme celui là , mais il faut savoir se lancer, car tout ne sera jamais parfait.

Dimanche 4 août.

Le sac est dans le coffre, je quitte Ploemeur accompagné de mes parents.
Il est à présent trop tard pour reculer ou changer d'avis. Je sais qu'un long voyage m'attends et qu'il y aura des moments difficiles, mais je me suis promis de faire tout ce que je pourrais pour arriver au bout. Je n'ai pas peur ou quoi que ce soit.

J'ai hâte de marcher, de piétiner cette Terre pendant des jours et des jours, de ne faire qu'un avec la nature, d'être livré à moi même, seul face à mes pensée.

Arrivé au parking, la pression monte un peu.C'est la première fois que je viens ici, à la Pointe du Raz et le décor est magnifique. J'observe cet océan infini qui s'offre à moi, ces magnifiques falaises verdoyantes qui nous séparent de l'eau.

Après une séance photo et des embrassades avec mes parents, il est grand temps de partir. Les cloches de la statue " notre dame des naufragés " résonne. Bien sûr, ce n'est pas pour moi, mais je fais tout comme. Même le vent virevolte gaîment et le soleil scintille pour me souhaiter bonne chance.

10h30, je foule les premiers pas sur cette région où je suis née, pour partir, à la conquête de l'Europe certes, mais avant tout à la conquête de moi même. Sourire au lèvre, je lance une dernière fois mes bras vers le ciel pour leur dire au revoir. On se reverra vite, c'est promis.

Pour nous suivre

Note de Randozone

Aujourd'hui, Rémi n'est plus qu'à quelques kilomètres de la Suisse et il se prépare pour la traversée des Alpes. Vous pouvez le soutenir en vous abonnant à sa chaîne YouTube

Les photos de cette activité outdoor

Projet Bretagne - Istanbul

Tous les commentaires

1.  Emanuel 01/10/2019:

Continue comme ça Rémi! C'est beau!

2.  Monique 01/10/2019:

Oui c'est vrai les avis étaient partagés
Personnellement je pensais il monte a la capitale comme disent les bretons et il reviendra
Eh bien NON tu as continué
Je n'ai plus qu' a te dire RESPECT MR
Bonne continuation Tu as le soutien de LA FAMILLA

Ajouter un commentaire

Les commentaires inutiles ou déplacés seront supprimés par les administrateurs du site.  Votre adresse e-mail ne sera pas affichée. Les retours à la ligne seront convertis automatiquement.  Le code HTML sera supprimé du message. 

(non diffusée)