Trekking au Pérou

Ausangate Trek Etape 3 : Machuraccay - Anantapata

avec

Andean Lodges

Trek de l'Apu Ausangate : 3ème étape entre le refuge Machuraccay (4850m) et le refuge Anantapata (4730m). Une journée avec le passage d'un col à 5100 mètres d'altitude.

Comme la veille, à 6h précise Oubaldina passe dans le couloir pour réveiller en chanson traditionnelle notre petit groupe. Nous nous retrouvons à 6h30 pour le petit déjeuner et admirons la vue qui s'offre à nous depuis la baie vitrée. Dehors le temps est radieux et le soleil illumine le glacier qui surplombe le lac rouge où nous avons été hier. La nuit n'a pas été facile une fois de plus, à cause de l'altitude mais cela semble être la même chose pour les autres.

Ce matin au petit déjeuner nous avons droit à un délicieux porridge à la cannelle accompagné de fruits, de confitures et pain locaux. Après avoir terminé nos assiettes nous rejoignons nos guides à l'extérieur. Des lamas ont été rassemblés ce qui nous permet de faire de chouettes photos. Faire un selfie avec un lama, voilà une photo que je ne voulais pas manquer en venant au Pérou ! Grimaldo, Cédidlo et d'autres sont en train d'ordonner des feuilles, des pétales et des gâteaux sur un papier.

Quelques instants plus tard nous sommes conviés à venir assister à la cérémonie. Notre guide nous explique que les Quechuas croient au Dieu des Montagnes, de la Terre et leur parlent. La Pachamama (Terre-Mère) est la déesse des cultures andines et assure la bonne fertilité de la terre. Ici dans la montagne ils s'adressent principalement au Dieu Apu, considéré également comme un esprit. Ce Dieu est vénéré et craint par les Incas depuis la nuit des temps. Même de nos jours des cérémonies sont toujours perpétrées dans ces montagnes si imprévisibles.

On comprend alors que les feuilles, les pétales, les gâteaux, les graines sont des symboles et sont en fait des offrandes à Apu. Notre initiateur nous remet 3 feuilles de coca afin qu'on participe au rite en soufflant dessus et en faisant une prière. On les dépose ensuite avec les autres offrandes qui seront déposées dans le feu. Ainsi la fumée les amène directement à Apu, tout là-haut dans les sommets enneigés. Après cette initiation deux membres de la communauté attrapent un lama et nous font une démonstration. Ils lui cousent dans le haut des oreilles de jolis fils de laine colorée.

Il est temps pour nous de commencer à marcher. Nous débutons la randonnée sous un temps idéal. Il fait frais mais avec une polaire et la veste coupe-vent on est très bien. La montée débute, toujours aussi rude mais comme on marche lentement nos efforts sont mesurés. Régulièrement nous mâchons des feuilles de coca pour nous aider. J'en ai beaucoup consommé durant le trek et à Cuzco et je dois dire que ça aide bien pour faire passer le mal de tête.

Nous nous arrêtons à un superbe point de vue sur le glacier, le lac rouge et un lac vert. C'est aussi l'occasions pour nous de faire une pause snack. Un coupe de vent et on se retrouve dans un nuage. La température descend et la marche reprend.

La pente est raide mais Luis nous impose une rythme de plus en plus lent. En effet, nous sommes en train de monter vers le col le plus haut de ce trek. Il atteint l'altitude 5100 mètres. La montée n'est pas très difficile mais le manque d'oxygène nous oblige à une effort supplémentaire. Nous grimpons encore 20 minutes pour enfin arriver au col Abra Palomani à 5100m. Un panneau indique le col et son altitude.

C'est l'occasion pour nous de faire une photo avec tous les participants au trek et les membres de la communauté qui nous accompagnent. En effet depuis le second jour chaque matin lorsque nous quittons le lodge, nous sommes suivis puis dépassés par les cuisiniers et muletiers. Ils sont habitués depuis toujours à cette altitude et ne souffrent pas comme nous du mal des montagnes. Ils vont à chaque fois s'avancer pour monter la grande tente et nous préparer le déjeuner qui nous sera servi vers 13h, en pleine montagne. Ils cuisinent uniquement avec des produits locaux, transportés par les chevaux et sur un petit réchaud au milieu de rien. Et le plus étonnant dans tout ça c'est que c'est excellent et superbement préparé.

Puis nous laissons la caravane de chevaux et lamas passer devant nous et nous continuons la randonnée. Maintenant on ne fait que descendre dans un paysage superbe. Dans un premier temps nous évoluons dans une terre-sable et sur notre droite se trouve la montagne rouge et cet impressionnant glacier.

Nous rejoignons une herbe piquante parsemée de rochers. Sur notre gauche la colline est complètement rouge, ça contraste bien avec ce vert si tendre. Le sentier que nous empruntons longe quelques rares habitations d'éleveurs d'alpagas. Nous contournons la montagne et découvrons deux jolis lacs en contrebas. Quelques minutes ensuite nous arrivons au campement pour le déjeuner.

La vue sur la vallée est à couper le souffle et les paysages d'une beauté pure et sauvage. Nous entrons dans la tente pour profiter d'un maté de coca bien mérité. Une excellente soupe nous est servie et le plat ensuite. Comme toujours c'est un vrai régal et je dois dire que c'est très motivant lorsqu'on marche le matin de se dire qu'un si bon déjeuner nous sera servi quelques heures plus tard. En dessert ils nous donnent des gâteaux locaux en sachets très bons aussi. Nous terminons rapidement pour retourner profiter du paysage dehors.

Après une petite sieste pour certains la randonnée reprend. Nous marchons presque à flanc pendant un moment puis ça grimpe légèrement. Le lodge apparait alors, il n'est vraiment plus très loin. 1h30 de marche depuis la tente du déjeuner aura suffit pour l'atteindre. Ce lodge, Anantapata Tambo, n'est pas construit sur le même modèle que les précédents (c'est le seul du trek à être différent), il est plus en longueur.

Ce soir nous dormirons à 4730 mètres. Nous sommes comme toujours chaleureusement accueillis par le gardien de l'hébergement et nous découvrons nos chambres. Elles sont un peu plus petites et simples que dans les autres lodges mais toujours très confortables. La vue depuis les fenêtres sur la montagne est juste magnifique.

Pour le moment il fait très froid, alors vite on file se réchauffer sous la douche solaire. On retrouve les autres membres du groupe devant le feu de cheminée où on déguste du pop corn tout chaud et une infusion de camomille. L'heure du dîner est déjà là et nous prenons place à table. Ce soir c'est soupe, omelette aux légumes avec féculents et un dessert gélatineux très bon. C'est l'anniversaire de Kévie, notre ami qui vient d'Inde, mais ça il s'était bien gardé de nous le dire.

Osefina, notre jolie et adorable chanteuse du matin vient alors lui chanter une chanson en quechua. Elle est accompagnée par Grimaldo qui joue d'un instrument local qui ressemble à la guitare. Un chouette moment convivial et une bien belle découverte !

Après une dernière tasse d'infusion pour nous réchauffer et bien nous hydrater nous allons au lit.

En attendant, vous pouvez consultez ces pages :