Trekking au Pérou

Trek de l'Apu Ausangate - Etape 2 : Chillca - Machuraccay (4850m)

avec

Andean Lodges

La seconde étape du trek de l'Apu Ausangate dans la Cordillère des Andes au Pérou entre le refuge Chillca (4350m) et le refuge Machuraccay (4850m). Une journée à marcher au pied de l'Ausangate et des glaciers de la Cordillère des Andes.

J'ai très mal dormi cette nuit. Pas à cause du lit qui est super confortable mais à cause du mal de crâne dû à l'altitude. Ce matin, je prends donc un doliprane et très rapidement ça va beaucoup mieux. Je ne le sais pas encore, mais bien boire le soir et pendant la nuit est aussi très efficace. Je le découvrirai la nuit suivante car j'aurai de l'eau avec moi. Il ne faut pas hésiter à bien boire tout le temps : un maté de coca au petit déjeuner, durant la randonnée, au repas du midi, l'après midi, une tisane en arrivant au refuge puis au repas du soir. Il faut vraiment penser à boire à chaque instant (dans la mesure du possible bien sûr).

Tout le monde se rejoint à 6h30 pour le petit déjeuner. A 6h00 précise, une jeune fille est passée devant chaque porte et chantait pour nous réveiller et nous signaler que c'était l'heure de se lever. Trop gentil et bien mieux que la sonnerie agressive d'un réveil ou d'un smartphone.

A table tout le monde a l'air un peu fatigué. Il n'est pas facile de s'habituer à l'altitude car nous avons dormi à 4350 mètres d'altitude. Ou au moins, on a essayé de dormir. Toutefois, je ne suis pas si fatigué que ça et je n'ai pas du tout eu froid durant la nuit. J'ai même eu trop chaud avec les chaussettes et le bonnet.

Ce matin, on découvre le petit déjeuner : des fruits, du thé, des gâteaux... Un magnifique petit déjeuner. On se régale et ce sera comme ça tous les matins en variant le contenu des assiettes. On se dit qu'on va vraiment bien manger sur ce trek...

Deuxième étape du trek de l'Apu Ausangate

les choses sérieuses commencent

Après avoir bien mangé, on remonte dans les chambres pour finir nos sacs et descendre les affaires qui iront sur les lamas. Andean Lodges nous a fourni un sac étanche dans lequel on entasse ce dont on a pas besoin la journée : vêtements pour les 5 jours, batteries, lampes frontales, trousse de toilette...

Le but est d'avoir le moins de choses possible dans nos sacs à dos pour limiter les efforts : il faut se contenter d'un pantalon de pluie, une polaire (ou doudoune), une veste de pluie, une gourde pleine, quelques barres de céréales (on nous donne un encas tous les matins), un bonnet, des gants. Voilà ce qu'il devrait y avoir dans le sac idéal.

Evidemment, j'ai pris deux ou trois trucs en plus : appareil photo, batterie de rechange, second objectif, téléphone pour filmer... Mais le guide a vérifié (et validé) mon sac pour qu'il ne pèse pas trop lourd durant la randonnée. A plus de 5000 mètres, le moindre gramme compte et on peut vite regretter d'avoir trop chargé son sac. Ce ne sera pas le cas grâce au guide qui prendra soin de faire des pauses régulières et d'avoir un rythme très lent pour qu'on ne force jamais.

Pour ceux qui veulent battre des records, la moindre tentative se soldera rapidement par un terrible mal de crâne. On le fait une fois, pas deux ! Et on apprend à ralentir quand la pente devient plus raide. Une bonne école pour trouver le bon rythme.

Un large choix nous attend et tout semble fait sur place par la population locale

Après avoir bien mangé, on remonte dans les chambres pour finir nos sacs et descendre les affaires qui iront sur les lamas. Andean Lodges nous a fourni un sac étanche dans lequel on entasse ce dont on a pas besoin la journée : vêtements pour les 5 jours, batteries, lampes frontales, trousse de toilette...

Dehors, plusieurs dames nous attendent pour nous présenter les produits qu'elles ont confectionné avec de la laine d'alpaga. C'est un peu plus cher qu'en ville mais au moins on est certains que c'est fait à la main. Il y a des bonnets, des gants, des nappes... Et au moins l'argent va directement à la population locale, il n'y a pas d'intermédiaire.

Claire trouve son bonheur et achète un très beau chullo (bonnet péruvien) aux motifs andins.

On discute un peu, on prend quelques photos et il est temps de commencer la randonnée du jour. On rejoint rapidement la piste sur laquelle on nous avait laissé le jour précédent. On va la suivre un peu puis on va partir dans les prairies herbeuses pour rejoindre un sentier.

Le guide fait de nombreuses pauses pour nous parler des gens, de l'endroit où on se trouve, du trek. Et aussi pour qu'on fasse des pauses et qu'on puisse boire suffisamment. Tout au long des 5 jours il veillera à ce qu'on aille pas trop vite et qu'on garde toujours de la marge. Parfois, un peu trop surtout en cette première matinée où on a l'impression de s'arrêter toutes les 5 minutes

Après une pause pour manger l'encas qu'on nous a donné le matin (une barre de céréales, du chocolat, une orange et des bonbons), on continue et on passe dans une vallée qui nous offre une superbe vue sur la montagne Ausangate avec son un sommet enneigé. L'endroit est vraiment magnifique et grandiose.

On continue à progresser le long du plateau et on arrive à une rivière depuis laquelle on a une superbe vue sur un magnifique sommet et son glacier. On profite un moment de l'endroit pour refaire une série de photos ainsi qu'une autre pause.

Repas dans une maison au milieu des montagnes

Une pause bien méritée

On fait quelques photos et on repart pour rejoindre une maison dans laquelle le repas du midi nous attend. C'est l'habitation d'un éleveur d'alpagas qui nous offre son hospitalité. Les murs sont fabriqués en terre et recouverts à l'extérieur de chaux.

A peine entrés dans la maison, de gros nuages font leur apparition et une espèce de grésil commence à tomber. Et va ensuite se transformer en pluie fine. Rien de grave mais on est obligés de mettre les pantalons de pluie pour finir la randonnée et de ranger les appareils photos dans le sac. Heureusement on était pas très loin du refuge suivant.

On marche donc un peu sous la pluie pour arriver au refuge Machuraccay Tambo à une altitude de 4850 mètres. La nuit risque d'être encore plus difficile à cette altitude (c'est 500 mètres plus haut que le premier refuge).

On boit une infusion de plantes à l'intérieur du refuge (on ne doit plus boire de maté de coca après 16h car ça empêche de dormir) et le guide nous propose d'aller voir un lac à 1 heure de marche du refuge. J'hésite un peu car ça fait loin en aller/retour et on a déjà bien marché aujourd'hui. Mais la curiosité l'emporte et je décide d'y aller moi aussi.

Nous voilà donc repartis avec un des guide pour marcher dans un pierrier et une fois en haut, on aperçoit un immense lac rouge/marron au pied d'un glacier impressionnant. Mais il reste beaucoup de marche pour rejoindre le lac. Du coup, on perd deux randonneurs qui nous abandonnent et repartent au refuge. On se retrouve donc à 3 avec notre guide Bruno pour traverser un grand pierrier et essayer de rejoindre le lac.

On aperçoit un superbe lac au loin, en dessous du glacier

La vue sur ces deux lacs est vraiment superbe et donne vraiment envie d'aller voir plus loin même si avec l'altitude la fatigue arrive vite et qu'on a déjà fait une bonne journée de marche. Mais la motivation d'aller voir au bord du lac va nous aider à finir la balade.

$caption
Le superbe lac rouge/marron à environ une heure du refuge. Une bonheur d'être là en plein milieu du Pérou.

C'était long et fatiguant mais ça valait vraiment le coup. Le lac est vraiment superbe et la couleur est impressionnante. Avec en plus ce glacier qui surplombe le lac et les petits icebergs au bord du lac, c'est vraiment un endroit parfait pour faire quelques photos. Mais il ne faut pas perdre de temps car la nuit tombe et il n'y a plus beaucoup de lumière (d'autant plus qu'il y a pas mal de nuages). Je prends donc quelques photos et c'est l'heure de repartir pour rejoindre le refuge avant la nuit.

Une fois revenus au refuge, le guide nous explique comment sera la journée de demain (durée, dénivelé, paysages) et on se met à table. Ce soir c'est soupe de légumes locaux, poulet avec des légumes et féculents puis un dessert à base de chocolat. Comme toujours c'est délicieux et on passe un très bon moment.

Puis, on se rejoint devant le feu pour boire une dernière infusion et il est grand temps de partir au dodo. La nuit sera difficile comme prévu, surtout pour moi qui ai toujours du mal à m'endormir. Cette fois, je gère mieux et j'enlève les chaussettes pour ne pas avoir trop froid, et je ne mets qu'une seule couche en haut. Du coup, je n'aurai ni trop chaud ni trop froid....

Suite de l'aventure prochainement...

En attendant, vous pouvez consultez ces pages :