Trekking

3 jours sur le sentier de Compostelle en Espagne

Du 20 au 24 mars 2018, j'ai eu la chance de participer à un trek organisé par Gore-Tex sur 3 étapes du sentier de Saint Jacques de Compostelle. Objectif : Marcher 3 jours entre Melide et Santiago de Compostela pour profiter de ce sentier mythique et découvrir les membranes Gore-Tex.

Nous aurons l'occasion de tester une paire de chaussures équipées du Gore-Tex Surround ainsi qu'une veste The North Face, elle aussi équipée d'une membrane Gore-Tex.

Le mardi 20 mars, c'est déjà un long voyage auquel je suis confronté grâce à l'annulation de mes deux avions qui devaient m'amener de Bordeaux à Orly puis de Orly à Madrid. Heureuseusement, je suis arrivé très en avance à l'aéroport donc je prends l'avion précédent en urgence. Pas trop le temps de réfléchir à d'autres solutions qui auraient été plus simples car l'enregistrement se termine dans 10 minutes. Je vais donc aller à Orly et il faudra ensuite que je prenne le bus pour rejoindre l'aéroport Charles de Gaulle où je pourrai prendre un vol pour Madrid.

Heureusement tout se passera bien et j'arriverai à Madrid avec un peu de retard mais dans les temps pour assister à la présentation de fin d'après midi qui nous expliquera tout les détails de notre randonnée itinérante.

J'ai déjà les chaussures Gore-Tex qui m'ont été envoyées par colis. Il ne me reste donc plus qu'à récupérer la veste Gore-Tex qu'on pourra tester au cours de ces 3 jours. Il s'agit d'une veste softshell de la marque The North Face. Une très bonne marque pour une veste qui est censée nous protéger quelle que soit la météo. Sur le site de The North Face on trouve l'information suivante : Protection totale contre les intempéries, le Apex Flex GTX combine l'étanchéité de la membrane Gore-Tex à la flexibilité d'une coquille souple. Tout un programme. On vous dira ce qu'on en pense dans le test complet de la veste.

Veste et chaussures équipée de la technologie GoreTex

Le soir nous mangeons dans le restaurant de l'hôtel à Madrid et c'est l'occasion de rencontrer le reste des participants à cette opération internationale. Les participants arrivent de France, d'Allemagne, d'Espagne et même du Japon. J'ai déjà rencontré un participant français dans le taxi, Sebastien qui participe au trek pour le site Trail Session. Il nous reste à rencontrer 3 autres français qui seront aussi présents : foutrak, Cam_dewoods et mehditetard, tous trois instagrameurs orienté running et trail.

En fin d'après midi, une conférence est organisé dans une des salles de l'hôtel. Tout le monde est présent et on nous explique l'intérêt de ce célèbre sentier mais aussi le fonctionnement des membranes Gore Tex. On nous donne par exemple un gant en plastique classique qui ne laisse rien passer et un autre gant en Gore Tex. Très rapidement on se rend compte de la différence car l'intérieur du gant en plastique devient très humide tandis que celui en Gore Tex reste frais et sec. C'est impressionnant.

A l'apéro et au repas on fait connaissance et on s'organise pour la première journée. Les randonnées sont libres (pas d'accompagnateur officiel) donc chacun fait la rando à son rythme. Mais on décide de rester en groupe et on se donne le nom de la French Team pour cet évènement. On discute pas mal avec les deux japonais qui ont mis 19 heures pour arriver jusqu'à Madrid. Finalement, cela relativise mes changements d'avion au dernier moment...

Le repas se passe très bien et on retourne tous dans nos chambres après le repas. Tous les participants ont l'air très sympas. On a pas pu parler à tous le monde car les participants de chaque nationalité se sont retrouvés entre eux pour mieux se connaître mais je ne doute pas qu'on aura l'occasion de parler à tout le monde au cours de 3 prochains jours. Nous sommes un peu plus de 30 participants à cet évènement.

1er jour

Transfert en bus et première marche

On doit se lever assez tôt pour ce premier jour car on a d'abord un transfert en bus à effectuer avant de commencer notre première randonnée. On part donc de Madrid vers 7h00 pour une longue traversée de l'Espagne en bus. On va remonter vers le nord ouest jusqu'au village de Melide. Dès qu'on s'éloigne un peu de Madrid on rencontre la neige et on voit de belles montagnes toutes blanches. Je ne savais pas qu'il y avait des montagnes aussi près de Madrid. C'est superbe alors que le jour se lève à peine.

Voyage en bus

Le voyage se passe bien. C'est un peu long mais on continue à faire connaissance avec le groupe de français et on discute avec des allemands. L'ambiance est très bonne. On fait aussi la connaissance des organisateurs de l'évènement, une équipe espagnole très très sympa. On verra au fur et à mesure du séjour qu'ils sont vraiment très pros. Une organisation parfaite où tout est prévu dans les moindres détails. Aucun stress pour nous (parce que eux, ils ont une trentaine de personnes à gérér donc ça ne doit pas être toujours évident), aucune pression, toujours le sourire, ils font tout ce qu'il faut pour que tout se passe bien sans qu'on ait besoin de se poser de questions. Le top. Vraiment merci à eux.

Après quelques heures de bus pendant lesquelles on aura bien déliré tous ensemble on arrive au village de Melide, le point de départ de notre périple. On est un peu en retard sur le programme mais ce n'est pas très grave. On marchera un peu plus vite et on fera moins de pause pour ce premier jour.

On nous donne de quoi manger avant d'aller marcher et nous sommes les premiers nous élancer sur le sentier de Saint Jacques de Compostelle. Bon, ok, on ne va marcher que 3 étapes soit 54 kilomètres. Pas de quoi se comparer à ceux qui marchent pendant des jours sur plus de 2 ou 300 kilomètres mais le but est aussi de profiter de ce moment pour découvrir le sentier et, pourquoi pas, nous donner envie de revenir marcher sur certaines sections aussi bien en Espagne qu'en France. Pour obtenir le fameux certificat (la Compostela) il faut avoir parcouru au moins les 100 derniers kilomètres si on est à pied ou les 200 derniers kilomètres si on est en vélo.

Parce que LES sentiers de Compostelle (oui il y en a plusieurs) ce sont des milliers de kilomètres de randonnée qui partent de France et qui vont jusqu'à Saint Jacques de Compostelle (ou Santiago de Compostela en espagnol). Ces sentiers sont empruntés par les pélerins qui ont pour objectif d'aller voir le tombeau de l'apôtre saint Jacques qui se trouve dans la crypte de la cathédrame de Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice (Nord-Est de l'Espagne). Il fait partie des 3 plus importants pélerinages de la Chrétienté juste après celui de jérusalem et celui de Rome. Les pélerins sont très nombreux à parcourir ce chemin chaque année (200000 en 2004) que ce soit à pied, en vélo ou en cheval. Ce sentier est depuis quelques années devenu un sentier de randonnée célèbre parcouru par de simples marcheurs.

A partir des années 70, plusieurs tracés ont été créés en France par la Fédération française de randonnée pédestre qui balise ces sentiers. Du côté espagnol, il existe 5 sentiers qui arrivent tous à Santiago :

En France, l'itinéraire le plus connu est sans doute la via Podiensis qui démarre du Puy-en-Velay et qui a une distance de 1530 kilomètres.

L'itinéraire est très bien balisé et il n'est pas vraiment possible de se perdre. Donc il n'y a pas besoin de guide et on pourra marcher au rythme qu'on choisira. On pourra aussi s'arrêter quand on voudra pour prendre des photos ou discuter avec les autres participants

Une randonnée sans téléphone

Pour la petite histoire, juste avant le départ, nous sommes passés dans la tente Gore-Tex pour récupérer une gourde, un plan de la randonnnée du jour, et surtout pour laisser nos téléphones portables qui seront conservés par les organisateurs. Le but est de marcher en étant déconnecté pour profiter de l'expérience et profiter du moment présent.

Ceux qui ont l'habitude de prendre des photos avec leur téléphone recoivent, s'ils le souhaient, un appareil compact numérique pour prendre quelques photos sur le parcours. Moi j'utiliserai mon appareil photo classique et je ne filmerai pas beaucoup puisqu'en général j'utilise mon téléphone pour ça. Et je n'aurai pas non plus le tracé gps puisque c'est aussi mon téléphone qui me permet d'enregistrer mes parcours.

Dès le début, on prend un rythme correct. D'habitude les autres font plutôt du trail donc ils ont l'habitude d'un rythme plus rapide. Mais pas facile de courir avec des chaussures de randonnée et je n'ai pas pris mes chaussures de course à pied (et de toute manière, je ne pourrai pas courir pendant 20 kilomètres à leur rythme). On fait donc le parcours à une allure de marche tout en perdant pas trop de temps pour ne pas arriver trop tard.

De plus, cela nous permettra de voir combien de temps on mets pour nous organiser pour les deux prochains jours et prévoir de faire des photos. Aujourd'hui et demain la météo doit être plutôt agréable mais le dernier jour il est prévu de la pluie.

Durant ces 16 kilomètres on va alterner entre piste, bitume et ancienne route pavée avec quelques passages sur des sentiers. Mais on a quand même assez souvent droit à du bitume malheureusement. Cela permet d'avoir un rythme assez rapide mais heuseusement on n'est pas sur des routes très passantes comme cela peut être le cas en France par endroit.

Le sentier est très facile à suivre car le balisage est très présent avec soit la coquille soit des flèches et des panneaux pour nous indiquer l'itinéraire ou les alternatives.

Tout le monde utilise la veste qu'on nous a donné et marche avec les chaussures fournies pour cet évènement par Gore-Tex. Tout le monde a la même veste mais les chaussures sont de 4 marques différentes : Lowa, La Sportiva, Meindl et Adidas. Je teste une paire de Lowa qui sont plutôt conçues pour le fast hiking (modèle assez léger avec semelle très souple et peu de renfort sur le dessus de la chaussure) tandis que les autres français ont eu des La Sportiva plutôt orientées randonnée en montagne.

Tout se passe bien tout au long du parcours et on s'arrête de temps en temps pour profiter du paysage ou prendre des photos. Au bout d'un moment, nous avons la surprise d'avoir un ravitaillement dans un hameau. C'est comme dans les courses : de quoi manger un peu et de l'eau ou des boissons du sport. C'est très sympa.

Ensuite nous continuons la randonnée tranquillement en profitant des paysages et en alternant entre piste et route.

La première étape n'est pas très longue et nous arrivons en fin d'après midi dans le village de Arzua où nous rejoignons l'hôtel Suiza dans lequel nous passerons la nuit. Les gens de l'organisation nous attendent pour savoir si tout s'est bien passé, nous donner les clefs des chambres et nous rendre nos téléphones.

Il est aussi possible d'utiliser les services d'une podologue de Barcelone qui va réparer nos pieds si besoin. Une très bonne idée car j'ai un petit échauffement sur le côté d'un talon à cause des chaussures neuves. Rien de grave et cela sera réparé rapidement.

Le soir on nous transfère tous dans un restaurant non loin de l'hôtel en minivan. Les groupes de 5 se succèdent et tout le monde se retrouve dans une grande salle privatisée pour le repas du soir. C'est l'occasion de découvrir la nourriture locale et le vin espagnol. Et aussi de faire connaissance avec ceux auxquels nous n'avons pas eu l'occasion de parler.

La soirée va être assez courte car avec le trajet en bus et la première marche, tout le monde est un peu fatigué et nous avons une bonne journée de marche à faire le lendemain.

2ème jour

Arzua à O Pedrouzo

Quand on se lève le matin, il fait déjà très beau. Le soleil apparait doucement et réchauffe la température. Les parebrises des voitures sont gelés car il fait très froid. On va pouvoir utiliser nos nouvelles vestes Gore Tex pour la randonnée. Après un rapide petit déjeuner, il est temps de retourner sur le sentier.

La lumière est vraiment superbe ce matin et on va profiter de cette belle journée pour faire de nombreuses photos. Il y aura moins de sections de route aujourd'hui et on va marcher dans de très belles forêts. On démarre en même temps que les instagrameuses allemandes et comme on va s'arrêter souvent, on aura l'occasion de voir pas mal de monde tout au long de la journée.

L'itinéraire est toujours aussi facile à suivre grace aux nombreux panneaux et autres bornes. Après avoir marché un peu pour se réchauffer, on décide de faire une première pause pour prendre des photos des chaussures. Le photographe officiel passe aussi avec son vélo et nous prend donc en photo pendant qu'on est en train de faire des photos... Oui, il faut suivre...

On reprend la randonnée pour traverser une grande forêt qui va aussi générer pas mal de pauses pour faire des photos de groupe ou des chaussures lors de nos passages dans des zones assez humides. Le temps est au beau fixe donc on en profite car on ne sait pas si ça va durer.

On en profite aussi pour faire quelques photos des vestes The North Face qui sont bien utiles car il faut assez froid ce matin. Finalement on va garder les vestes sur nous toute la journée car la température ne va pas beaucoup monter et qu'avec les aérations sous les bras, il est facile de gérer la température du corps.

Ensuite on continue à marcher jusqu'au premier ravitaillement de la journée. Et comme il y a un bar juste à côté, on en profite pour faire un pause sur la terrasse au soleil. Un peu de repos avant de repartir ne peux pas faire de mal et on a envie de faire durer la journée au maximum car il fait vraiment très beau et on retrouve pas mal de monde sur cette terrasse. Tout le monde a eu la même idée...

Encore un petit effort et c'est le repas du midi qui nous attend. L'organisation a prévu une zone repas avec un stand de ravitaillement rapide ainsi que des plateaux repas. Tout est super bien organisé et c'est très bon.

Et après la pause déjeuner, et bien on continue à marcher. On alterne entre passages dans la forêt et passages sur des routes très peu passantes. On croise parfois une grosse route mais jamais rien de bien méchant. Et on profite des passages dans les forêts pour faire de nombreuses photos jusqu'à l'arrivée à notre hôtel du soir.

Quelques centaines de mètres plus loin, on rejoint le bitume et on entre dans le village dans lequel on va passer la nuit. On rejoint facilement notre hôtel. La journée a été vraiment sympa avec du soleil du début à la fin, des paysages vraiment variés et pas trop de route.

Comme on arrive beaucoup plus tôt que hier, on peut profiter un peu de l'endroit pour se reposer, regarder les photos du jour (et en publier sur Instagram) et aller voir la podologue pour ceux qui en ont besoin (2ème séance de réparation de mon échauffement au talon pour moi). Ensuite, on rejoint le restaurant en minivan pour une soirée à la même table qu'un groupe d'allemands.

Pour le lendemain, la météo est moins agréable avec de la pluie prévue pour toute la journée. Ce sera peut être l'occasion de tester les vestes et les chaussures sous la pluie. Pour le moment, avec la météo des premiers deux jours de randonnée, le Gore Tex Surround a permis à mes pieds de ne pas trop chauffer. Le Surround est vraiment très efficace, d'autant plus que j'ai tendance à avoir facilement chauds aux pieds. Là, pas de problème et mes pieds restent bien au sec. C'est parfait dans ces conditions peu humides.

3ème jour

Dernière étape pour rejoindre Santiago de Compostela

Pour ce troisième jour de marche, la météo a complètement changé. Il a plus dans la nuit et tout est très humide. Lorsque je sors pour aller au restaurant pour le petit déjeuner, il bruine un peu.

Je jette un coup d'oeil à la météo (on ne m'a pas encore pris de téléphone donc il faut en profiter) et je vois que finalement on va peut être éviter la pluie. Pour le moment il n'est prévu que des nuages gris jusqu'à 15h et ensuite de la pluie. Il faut donc faire les 23 kilomètres du jour et terminer si possible avant 15h.

Et effectivement quand on commence la randonnée, il ne pleut pas. On espère tous que ca va tenir comme ça toute la journée. Ce serait sympa. Du coup, la température est un peu moins fraîche que hier. Mais le sol est vraiment très mouillé par endroit et on va avoir pas mal de boue tout au long de la balade.

Dès le début de la randonnée, on se retrouve dans une superbe forêt. Le temps gris la rend encore plus spectaculaire et la bruine plus le brouillard vont rendre très esthétiques les différentes forêts qu'on va traverser ce matin. En plus, il ne pleuvra pas vraiment mais on aura seulement un peu de bruine par moment.

Après ces très belles forêts, on marche un peu le long d'une route. Un passage moins intéressant mais juste après c'est l'heure du ravitaillement. Il ne pleut toujours pas donc c'est parfait. J'ai même enlevé la veste car j'avais trop chaud à force de courir pour faire des photos...

Petite pause près d'un tas de bois pour faire quelques portraits...

Et un peu plus loin, c'est le repas qui nous attend avant la dernière partie du parcours. On se retrouve avec des centaines de pélerins juste à côté de nous. On oublie le calme et la sérénité pour manger mais c'est très sympa quand même.

Après le repas, on essaye de partir entre deux groupes de jeunes pour ne pas avoir trop de bruit. On avance plus lentement car la fatigue commence à se faire sentier dans les jambes à force de marcher sur la route (très présente en fin d'étape). On finit par arriver au panneau d'entrée dans Saint Jacques de Compostelle. Nous touchons au bus. Il ne reste plus qu'à trouver la chapelle qui se trouve au centre de la ville.

On se perd un peu dans la ville mais on finit par trouver notre objectif du jour. Il se met à pleuvoir un peu mais la ville reste très belle. On cherche ensuite notre hôtel et on tombe dessus un peu par hasard (pas facile de trouver un hôtel sans téléphone et sans plan de nos jours).

On se retrouve sur une immense place avec de grandes photos. Il n'y a quasiment personne alors que juste à côté la foule marche dans les rues. Un moment très bizarre avec cette superbe place et la fin du trek et donc la fin de ce séjour même s'il reste encore une soirée et la journée de retour du lendemain (10 heures de bus et 2 heures d'avion...). On fait quelques photos mais la pluie reprend donc on décide de trouver notre hôtel au plus vite.

Parador de Santiago de Compostela

Et pour finir en beauté, nous sommes logés à l'hôtel Parador de Santiago de Compostela, certainement le plus bel hôtel de la ville qui fait partie de la chaîne des Paradores, des hôtels en Espagne qui se trouvent dans des lieux remarquables du patrimoine du pays. Un immense hôtel tout en pierre qui est situé sur la Plaza do Obradoiro.

Paradores de Turismo de España est une catégorie d'hôtellerie de luxe fondée par le roi Alphonse XIII pour promouvoir le tourisme en Espagne dès 1928. Ces établissements trouvent leur place dans des châteaux, des forteresses, des couvents, des monastères et d'autres édifices historiques. L'Hostal est né comme Hospital Real en 1499 afin de loger les pèlerins qui se dirigeaient à Saint Jacques. Il est considéré comme l'hôtel le plus ancien au monde.

L'intérieur de l'hôtel est vraiment superbe avec ses petits salons entre les couleurs, ses jardins et fontaines au rez de chaussée et ses murs tout en pierres. Les chambres sont très grandes et vraiment très belles. Je regrette juste de n'avoir pas pris plus de temps pour faire plus de photos avec le reflex. C'est dommage.

Le soir nous avons la chance de manger tous ensemle au restaurant de l'hôtel. On descendra bien avant le repas pour profiter du salon juste à côté de l'entrée. Il est réservé aux gens qui ont une chambre dans l'hôtel.

Le repas sera suivi d'une projection des photos prises par le photographe espagnol qui nous accompagné tout au long du trajet. Un moment vraiment très agréable, juste avant d'apprendre que le départ le lendemain était fixé à 5h00 (donc petit déjeuner à 4h45) pour que certains (dont moi) aient leur avion à Madrid en début d'après midi.

Une très belle aventure

Je vous résume la journée du lendemain : lever difficile à 4h15, départ à 5h précise sous la pluie puis la neige. L'organisation connaissait les terminaux auxquels nous déposer à l'aéroport donc nous n'avions rien à gérer. Tout s'est très bien passé.

Au final, une fantastique expérience sur ce Camino de Santiago avec un final exceptionnel dans cet hôtel magnifique. 3 jours de randonnées avec des gens vraiment très attachants que ce soit les français avec qui j'ai forcément passé beaucoup de temps mais aussi les allemands et les japonais. L'organisation était vraiment parfaite et on se laissait guider tout au long du parcours. Tout était soigneusement prévu, aucune hésitation ou retard. Et pourtant il fallait gérer du monde, plusieurs hôtels certains soir, les restaurants, les ravitaillements, les repas du midi et surtout ne perdre personne... Félicitation à l'équipe qui a géré tout ça, c'était parfait.

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce test des chaussures et veste Gore Tex sur un sentier que je connaissais très peu et uniquement du côté français (dans l'Aveyron en particulier). Je comprends mieux ceux qui partent marcher (quelle qu'en soit la raison) sur cet itinéraire pour faire 20, 50, 100 ou 200 kilomètres, parfois même plus. C'est une expérience particulière, qu'on soit croyant ou non. Et le chemin, même s'il passe parfois sur la route, passe aussi par des paysages vraiment superbes aussi bien en France qu'en Espagne.

Une expérience à renouveler sur une durée un peu plus longue pour dépasser les 100 kilomètres de randonnée...

Articles des participants