Tour du Toubkal et nettoyage du camp de base

Trekking au Maroc : Tour du Toubkal et collecte de déchets

Page créée le 02/11/2014 par paul1

Trekking : Tour du Toubkal et nettoyage du camp de base

Trekking

Pays : Maroc

Niveau : Moyen

Description de l'activité

Ce trek autour du Toubkal a été réalisé du 5 au 16 juin 2005

Dimanche 5 juin

Départ à 22h35 de Marseille Provence. J’oublie de mettre mon opinel dans le bagage de soute et je suis obligé de l’offrir à l’agent de sécurité qui passe mon sac aux rayons X. Plus de couteau…

Arrivée à Marrakech à 2h00 du matin, heure locale, après un vol insipide. Il fait 30°C. Mohamed est au RV et me conduit à l’hôtel, je suis le dernier du groupe à arriver. La clim de l’hôtel ne marche pas et je me couche tout mouillé en sortant de la douche. On doit partir demain à 8h00 et comme souvent cela commence par une nuit courte. De plus il y a du bruit : bruits de voitures et vociférations au dehors, je n’arrive pas à savoir si des gens discutent où se disputent sous mes fenêtres. Je me lève et tire le rideau. Effectivement il s’agit bien d’une engatse à la marocaine où deux chauffeurs de taxi se prennent la tête. Je sens que je ne vais pas beaucoup dormir. D’autant que je me trompe d’une heure dans le décalage horaire et me réveille à 6h00 au lieu de 7.

Lundi 6 juin

Montée : 660m

Premiers contacts à la réception de l’hôtel avec les participants du trek. Certains ont l’air d’avoir une grosse expérience de la randonnée et de l’alpinisme. Nous partons en 4x4 pour Imlil, les bagages sont fixés sur les toits et en route. Nous découvrons la vallée et un village où nous stoppons pour acheter de la viande. Enfin Imlil où les mules sont chargées. A nous de chausser et, après un court brief du guide qui nous montre l’itinéraire du jour sur une carte, nous partons dans les rues du village. Il fait chaud mais l’air est bon à respirer car nous sommes à plus de 1700mètres d’altitude. On est loin de la canicule de Marrakech. Après 3 minutes de marche, nous nous arrêtons à la terrasse d’un bar et pour un premier thé à la menthe. Nous reprenons ensuite une large piste à pente peu soutenue qui monte en lacets. Voilà ensuite quelques plantations de pins dont l’ombre va nous abriter pour le déjeuner Nous sommes tous assemblés sur un beau tapis. Des discussions démarrent mais pas le temps pour une petite sieste. Au programme de l’après midi : le Tizi N’Tematert à 2372m. La piste est toujours aussi large mais le décor change. Les villages de montagne sont impressionnants, sans électricité ni téléphone.

Mohamed explique que l’hiver commence ici début novembre et dure jusqu’en mars. Les villageois se chauffent avec du charbon, acheminé péniblement en camionnette par les pistes. Nous arrivons sur une aire équipée en face du village de Tachedirt et nous montons le camp.

Une source abondante et glacée permet de faire une petite toilette. Le ciel qui est resté assez couvert s’obscurcit dans la soirée et il pleuviote tandis que le tonnerre gronde durant quelques minutes. Mais tout rentre dans l’ordre et je fais quelques pas sur un sentier pour m’isoler un peu et écouter la rumeur du village en face de nous. Tachedirt est un village impressionnant. J’ai du mal à imaginer la vie à cet endroit, à 2300m d’altitude où il n’y a ni électricité, ni téléphone, ni journaux.

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Cette communauté perdue en haut de la vallée donne une impression de vie naïve. On dirait une crèche bien qu’il y ait plus de 100 maisons dont les toits s’imbriquent. Le soir tombe et l’on devine le bruit des troupeaux rentrés par les villageois pour la nuit. Des gosses jouent au foot sur une grande terrasse, une aire de battage. Le décor est fascinant. Je quitte cette vision avec regrets pour aller dîner. Le repas est servi sous la tente commune. Au menu une soupe berbère et un très bon un ragoût de bœuf. Mohamed nous avertit de la présence de scorpions, attention aux chaussures le matin.

Mardi 7 juin

Montée : 1650m ; Descente : 1050m

Réveil à 5h30 locale après une bonne nuit. Une longue montée nous mène au Tizi N’Likemt à 3500m avec 1200 m de dénivelé par un bon sentier. Je ne ressens pas de difficulté liée à l’altitude.

Un peu de repos sera tout de même apprécié au col. Descente sur le versant sud où paissent des troupeaux. Après 1000 mètres de descente assez raide, on approche des bergeries avec quelques terrasses cultivées. Nous croisons deux jeunes garçons au crâne rasé et à l’attitude quasi tibétaine, très dépaysante. Puis voilà un groupe de jeunes enfants tout à fait fascinants: 2 fillettes d’une dizaine d’années aux habits colorés et une plus jeune encore qui porte un bébé dans le dos. Elle est si petite… Le tableau est extraordinaire mais je ne peux le graver sur ma carte mémoire car les enfants refusent de se faire prendre en photo.

Nous passons un petit col, suivi par les mules et nous gagnons une gorge granitique où nous essuyons une averse orageuse qui nous mouille complètement. Nous remontons un torrent. Voilà que je découvre deux oiseaux inconnus pour moi: ce sont des bergeronnettes des ruisseaux. Ils ont le ventre jaune vif et sont magnifiques. Le vallon s’étire et nous arrivons enfin au camp situé sur des prairies à 2900m, dans un site splendide. Il fait vite assez froid et nous nous équipons en conséquence. La pluie se met à tomber durant la nuit.

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Mercredi 8 juin

Montée : 700m ; Descente: 1370m

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Le mauvais temps s’installe juste après le petit déjeuner. Nous gagnons rapidement le Tizi N’Aouray à 3100m sous une pluie battante. Cela donne une dimension différente au décor. Nous traversons à flanc pour suivre une crête, puis suit une longue descente raide en direction d’un village. Nous descendons jusque dans les ruelles de ce village, moment qui restera pour moi le plus émouvant du voyage. L’orge vient d’être moissonné et entreposé sur les aires de battage. Nous pouvons découvrir d’un peu plus près la vie si particulière des habitants de ces vallées. Nous traversons ainsi Amsouzart.

L’irrigation favorise des cultures en terrasse (orge, maïs, légumes) et une véritable petite forêt de noyers de belle taille où nous évoluons dans une ambiance quasi-tropicale, avec les chants de multiples oiseaux. En bas du village nous traversons le torrent et visitons un moulin minuscule. Nous gagnons ensuite un autre village où des enfants nous accompagnent assez loin sur la piste. Soleil et chaleur sont revenus tandis que nous avançons vers un joli col qui nous découvre subitement le lac d’Ifni. Après une longue traversée sur les rives escarpées du lac, nous dressons le camp sur le cône de déjection du torrent qui se jette dans le lac dont l’eau n’est pas si froide malgré les 2300m. Une petite baignade s’impose.

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Jeudi 9 juin

Montée : 1300m ; Descente: 400m

Belle ambiance et grand beau temps au réveil devant le lac. Après un petit déjeuner particulièrement réussi avec des beignets, nous partons vers les gorges et la montée qui mène au col de Tizi N’Ouanoums à 3600m. Nous croisons un joli troupeau avec deux bergers qui nous proposent du lait de chèvre dans une boite de conserve à peine rouillée. Le sentier se redresse et commence une gorge élégante. Cela monte de plus en plus mais sans jamais mettre les mains.

Je vois un écureuil des montagnes, très agile avec le dos rayé. La voie sud du Toubkal démarre à droite dans des plaques, il paraît qu’il y a quelques pas d’escalade et qu’un anglais s’y est tué récemment; Nous arrivons enfin au col pour mieux entendre le tonnerre et essuyer une averse de grêlons qui nous martèlent gentiment. Le refuge Neltner est 400m plus bas. Nous y arrivons bien trempés une fois de plus. Le camp est à 1 minute mais je préfère me reposer au refuge, et c’est là que je perds mon célèbre chapeau. Le camp est à 3200m. Il y fait vite froid et je mets tout ce que j’ai apporté comme vêtements. Nous avons droit à 2 repas : des crêpes à 18h00 et des spaghettis à 20h00.

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Vendredi 10 juin

Montée : 960m ; Descente: 2260m

Vers 4h00, Jean Yves qui ne dort que d’un œil entend des pas. Ce sont les groupes qui campent en contrebas qui démarrent. Ils pensent naïvement arriver avant nous au sommet mais nous les auront dépassés avant le col. Il ne fait pas trop froid et la nuit a été assez bonne. Environ 150 mètres au-dessus du camp, la grêle nous frappe le visage, décidément… Nous aurons été mouillés tous les jours, et nous avons l’habitude de sortir les vestes et les vêtements de pluie. La grêle redouble d’intensité et il fait froid car le vent s’y met. Je suis en bonne forme et dépasse le groupe qui progresse à un rythme trop lent à mon goût. Mauricette et Michel sont cramponnés au guide qui les emmène à petits pas. Nous traversons un petit névé, le seul depuis le début du séjour. Nous nous regroupons au col sous un vent glacial. J’ai le musto, la polaire, la veste et les gants. Nous repartons, suivant des pentes de blocs et d’éboulis. Cela monte bien et nous atteignons le sommet à 9h00. Le temps est assez couvert. Moment d’émotion à l’arrivée de Mauricette et Michel qui sont au bord des larmes pour leur premier 4000.

Après avoir avalé quelques boites de sardines nous descendons au camp où nous prenons un repas. Après la sieste nous nous engageons dans la descente pour Imlil (1500m de dénivelé) au cours de laquelle nous aurons le plaisir d’essuyer quelques grains. La descente est longue et nous devons encore remonter au village d’Aït Souka où se trouve notre gîte. J’arrive au radar, c’est vraiment la journée la plus dure.

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Samedi 11 juin

Ceux qui vont participer au nettoyage, et remonter au refuge, accompagnent les autres à Imlil jusqu’aux 4x4 qui vont les acheminer à Marrakech. Séance d’au revoir de rigueur. Le restant de la journée se passe en lessive et repos.

Dimanche 12 juin

Montée : 1500m

Nous remontons la piste d’Imlil en direction du refuge pour trois jours de nettoyage. Une brise fraîche facilite la montée de 1500 mètres de dénivelé qui se déroule agréablement. Nous faisons une halte au Marabout, lieu saint musulman, situé à peu près à mi-chemin. Arrivés au camp, certains commencent à remplir les premiers sacs avec les détritus qui se trouvent à proximité, le plus souvent enfouis sous des cailloux, tandis que ceux qui sont fatigués se reposent. En fin de journée, les guides ont une discussion animée car chacun a ses idées pour le nettoyage et la sensibilisation des randonneurs. Un tel voudrait faire payer les bivouacs à raison de 10 à 20 dirhams par tente afin de salarier un garde qui veillerait à la propreté des camps; un garde capable de verbaliser les expéditions qui abandonnent leurs déchets.

lundi 13 juin

Une équipe partira à 5h00 pour le sommet du Toubkal et nettoiera la voie normale ; une autre équipe montera au col de Tizi N’Ouanoums (3600m) qui mène au lac d’Ifni, pour nettoyer les emplacements de bivouacs ; une troisième équipe, la plus nombreuse, s’occupera des emplacements de camps situés en dessous du refuge.

Ce lundi à midi, 2 sacs de 100 litres sont descendus du sommet. On y trouve principalement des bouteilles plastiques et des boites de conserve. Deux sacs sont également ramenés du col et 18 sacs ont été remplis par les déchets trouvés aux emplacements des camps et sous le refuge. Au total, 22 sacs pour cette matinée éprouvante: il est en effet plus facile de marcher à cette altitude que de traquer la bouteille plastique ou la boite de conserve dans les pierriers. Le nettoyage des ruisseaux est particulièrement pénible. Dans l’eau glacée, il faut déplacer les pierres pour extirper les déchets, enlever le maximum de vase avant de remplir un sac qui devient vite dégoulinant et lourd.

C’est sous le refuge que la situation est la plus préoccupante. De véritables dépotoirs sont empilés depuis des années sous les gros blocs. Il faut ramper pour les atteindre et extraire des monceaux de boites de conserve, de plastiques à moitié calcinés, d’os, de papiers alu, et de piles électriques qui sont triées et stockées à part. Nous compactons une partie des boites de conserve pour gagner de la place dans nos sacs collecteurs. Parfois le moral baisse à la vue d’un nouveau « gisement ordurifère » derrière un gros caillou. « Il faudrait faire appel à l’armée, et au moins un régiment pour arriver à bout de ce travail ! …» s’exclame Annie qui constate un empilement de boites de sardines sous un rocher.

2 tonnes de déchets collectées

Les guides sont vraiment reconnaissants de l’aide que nous avons apportée, et nous remercient en organisant une petite fête le mercredi soir à Aït Souka, près d’Imlil, avec des danses et des chants, ce qui nous permet de nous confronter avec la culture berbère, différente de celle du monde arabe. La motivation locale est bien réelle. Les guides locaux qui sont les initiateurs du projet veulent continuer à agir. Ils viennent de créer une association pour le nettoyage de la vallée et du Parc National du Toubkal, Parc qui doit d’ailleurs leur attribuer une subvention pour de futures actions de nettoyage. Ils projettent de refaire un point sur l’état écologique des alentours du refuge fin août, après le gros de la saison et de tirer un bilan de notre opération dans la durée. Des actions de sensibilisation doivent être réfléchies et organisées auprès des muletiers dont les animaux concourent également à la pollution des sites.

Il y a également beaucoup à faire au niveau des habitants des hautes vallées qui souillent malencontreusement leur propre cadre de vie. Au terme de nos trois journées de travail en altitude, nous aurons rempli au total 107 sacs de 100 litres, soit environ 2 tonnes de déchets regroupées en attendant d’être descendues vers Imlil par les mules des Eaux et Forêts puis transférées par la route vers une décharge. Une dizaine de kilos de piles électrique aura également été descendue à Imlil et emportée avec nos bagages en France pour y être recyclée.

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Tour du Toubkal au Maroc en 2005

Petite fête organisée par Ahmed

L’équipe d’Allibert au Maroc reste en contact avec les guides locaux, notamment Ahmed Aït Hammou qui est le chef de file de l’équipe locale. Le but étant bien entendu de poursuivre cette action qui n’est que le début d’une véritable entreprise de sensibilisation. Le camp de base du Toubkal est en ce moment en train de changer avec la création du deuxième refuge. Souhaitons que son ouverture favorise une meilleure prise en charge du problème général des déchets pour la sauvegarde de ce site si particulier.

Toutes les photos de cette activité

Au sommet du Toubkal

13009

paul1

 

A voir/A faire dans les environs

Miniature

Direction le village d'Imlil et le Haut Atlas

Distance : Moins de 1 km

Type : Activité : Découverte

Miniature

Imlil

Distance : Moins de 1 km

Type : Fiche : Village

Miniature

Randonnée aux villages berbères du Toubkal Maroc

Distance : 6 km

Type : Activité : Randonnée pédestre

Miniature

Toubkal

Distance : 8 km

Type : Fiche : Sommet

Tous les commentaires

1.  Pascal  07/11/2014:

Je réagis par rapport à ce que vous écrivez. Moi il m'est arrivé une chose similaire, lorsque j'ai passé mon bagage à main et enlevé mon manteau et ma sacoche...on m'a tout bonnement confisqué mon tout nouveau couteau suisse. Dur pillule à avaler... je sais que la faute me revient, mais c'est tout de même rageant. Au moins pourraient-ils offrir la possibilité de le mettre dans notre bagage en soute.....

Ajouter un commentaire

Les commentaires inutiles ou déplacés seront supprimés par les administrateurs du site.  Votre adresse e-mail ne sera pas affichée. Les retours à la ligne seront convertis automatiquement.  Le code HTML sera supprimé du message. 

(non diffusée)

(Max : 1000 caractères) :

@ 1999-2016 Randozone.com | Tous droits réservés | Déclaration CNIL n°1001010 | Haut de page