Randonnée, trekking et sports de plein air

Pyrénées, l'éclat sauvage d'une traversée

3 Sup

Page publiée le 02/05/2010

Voici le récit d’un périple hors norme, accompli au cours de l’été 2002 par David Genestal et Jean-Marie Meuret, deux randonneurs au long cours passionnément épris de montagne. 60 jours de bonheur et de liberté entre Hendaye et Banyuls.

Détails

FormatRécit
TypeRandonnée pédestre
AuteurDavid Genestal
Editeur3 Sup
ISBN2952600805
EAN13978-2952600804
Sortie20 juin 2007
Acheter sur


Pyrénées, l'éclat sauvage d'une traversée

Description

Présentation

Couverture de Pyrénées, l'éclat sauvage d'une traversée

« Voici le récit d’un périple hors norme, accompli au cours de l’été 2002 par David Genestal et Jean-Marie Meuret, deux randonneurs au long cours passionnément épris de montagne. 60 jours de bonheur et de liberté entre Hendaye et Banyuls, et autant de sommets franchis au fil d’un itinéraire tantôt classique, tantôt insolite, cheminant à travers les sites les plus prestigieux de la chaîne : Pic du Midi d’Ossau, Palas, Grand Barbat, Vignemale, Tallion, Campbieil, Posets, Aneto, Gourgs Blancs, Perdiguère, Besiberri, Punta Alta, Carlit, Canigou... Une formidable aventure humaine et sportive, avec ses joies et ses peines, ses panoramas grandioses et ses rencontres inoubliables, qui emmène le lecteur des rivages de l’Atlantique à ceux de la Méditerranée pour 900 kilomètres de marche entre la France et l’Espagne. Une itinérance au cœur d’une montagne authentique et sauvage, émaillée de réflexions sur le voyage, qui se vit et se lit comme un ébouriffant roman d’aventures. »

Pic d'Orhy

Extrait

« Le Grand Barbat est en vue, ligne de rocaille sombre et déchirée aussi grise que l’acier. Il s’agit simplement maintenant de se diriger vers lui en franchissant à vue quelques petits collets. L’étape d’aujourd’hui est définitivement placée sous le signe du hors-sentier, entreprise excitante rendue possible par le retour du soleil qui nous procure une visibilité idéale pour anticiper nos déplacements. Nous montons donc et descendons d’autant dans un paysage sauvage et austère où se bousculent roches effondrées et raides névés. Je descendrai d’ailleurs le dernier de ceux-ci sur le derrière après avoir raté une marche. Une péripétie qui nous redonne le sourire et qui détend l’atmosphère après une séquence boude prolongée.

Une fois n’est pas coutume, nous décidons de court-circuiter la description du topo pour nous laisser simplement guider par nos envies. Nous nous enflammons pour des parcours alléchants et vo-tons finalement pour l’arête sud. Seuls les appareils photos survivront encore à l’abandon de nos sacs. Nous visons un col échancré très caractéristique que nous rejoignons par une raide pente d’éboulis, préférable au névé de mes exploits. L’arête y démarre sèchement. Nous attaquons les premiers pas d’escalade sur un rocher solide et licheneux. Les prises sont grossières et la progression rapide jusqu’à un premier obstacle, à savoir un court passage un peu expo que nous estimons en 5b. Nous nous y essayons chacun notre tour pour une conclusion identique : c’est jouable certes, mais risqué. Pas d’hésitation, nous contournons. Et sans regret. Car le contournement nous gratifie de quelques petits pas de libre fort excitants dans lesquels nous plaçons toute notre attention en même temps que nous travaillons avec application gestuelle et placements. Sans nul doute ces petits exercices auront été bénéfiques et les retrouvailles futures avec la corde seront facilitées par ce nouveau capital confiance. Cette confiance même qui permet de réaliser des prouesses sans présumer de ses forces ni être rendu aveugle.

Glacier d'Ossoue

De ce fait nous surgissons finalement sur le faîte de l’arête qu’il nous reste à traverser. L’exercice est un véritable régal : le parcours, très aérien, nous oblige à quelques jolis pas d’adhérence ainsi qu’à quelques acrobatiques enjambées sur des rochers déchiquetés. La fin est un amoncellement de blocs que nous gravissons sans difficulté jusqu’au sommet pointé à 2.814m d’altitude. Un pur concentré de bonheur. Fait exceptionnel, le vent est enfin muet et une vue dégagée de tous côtés s’offre à nos yeux pétillants de joie. Elle s’étend même jusqu’à l’observatoire du Pic du Midi de Bigorre et aux sommets du Néouvielle, où nous serons dans une semaine. Avec le ciel au-dessus de nos têtes pour unique témoin, nous nous tenons droits et fiers sur ce sommet, à contempler ravis ces montagnes qui hantent nos rêves depuis des années. Comment décrire ce paysage fascinant de sauvagerie, hérissé de sommets que la superbe dispute au danger ? Comment parler de ces hautes citadelles sombres aux remparts déchirés et vertigineux ? Leur noirceur les transcende, leur conférant un parfum d’inaccessibilité, de virginité guerrière. Il y en a partout, qui nous cernent et nous dominent, créant autour d’eux autant de profondes vallées, s’étirant à l’infini encore et encore jusqu’à donner le tournis. C’est simplement saisissant. »

(2ème partie, chapitre 6, pages 148-149)

Sommet des Posets

  • Langue : Français
  • Format : Broché 420 pages
  • Prix : 20 euros (avec un petit supplément le livre est accompagné d'un CD-ROM contenant les photos de la traversée).

 

Vous pouvez aussi voir un diaporama au format Powerpoint : Télécharger le fichier

 
Acheter sur


Pyrénées, l'éclat sauvage d'une traversée

A lire aussi

Tous les commentaires

Il n'y a pas de commentaire sur cette page pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires inutiles ou déplacés seront supprimés par les administrateurs du site.  Votre adresse e-mail ne sera pas affichée. Les retours à la ligne seront convertis automatiquement.  Le code HTML sera supprimé du message. 

(non diffusée)

(Max : 1000 caractères) :

@ 1999-2016 Randozone.com | Tous droits réservés | Déclaration CNIL n°1001010 | Haut de page