Auteurs

Robert Ollivier, Jean Ravier, Pierre Ravier, Jean Ollivier

Présentation de l'éditeur

Comme le Vignemale, décrit dans le tome I de Pyrénées Centrales, le Massif Calcaire de Gavarnie présente un caractère " haute montagne" indiscutable par l'ampleur des itinéraires, leur cadre grandiose, la continuité des difficultés moyennes sur les voies d'escalade, la variété des terrains parcourus où alternent la neige, la glace et les rochers. Mais ici, beaucoup plus qu'au Vignemale, le décor se révèle spécifiquement pyrénéen, immense Colisée " où l'harmonie sort partout du chaos" (Russell). Aux montagnards donc, et surtout aux grimpeurs que ne rebutent ni les parois ni les vires aériennes, sont réservées les vraies merveilles de Gavarnie et du Mont-Perdu (Monte Perdido), " la plus belle des montagnes calcaires ". Mais, si le Cirque de Gavarnie représente déjà lui-même un phénomène naturel unique en Europe, que dire de l'étrangeté, de la grandeur, de la beauté des grands canyons espagnols. Dans ce massif, où selon le mot de Schrader, les Pyrénées possèdent ce qui n'appartient vraiment qu'à elles, dans cette région où l'on trouve à la fois tout ce qu'elles ont de plus grand et tout ce qu'elles ont de plus beau, la vallée d'Ordesa et la vallée de Niscle l'emportent de très loin en grandeur et en beauté.