Conseils pour réussir son bivouac

Article publié le 07/03/2013 par Rokad|Modifié le 11/07/2016

Partager :       

Les conseils pour réussir son bivouac et passer de bonnes nuits en randonnée et en trekking

Le bivouac en montagne est une expérience inoubliable que ce soit dans le bon sens ou dans le mauvais sens du terme. En général, on se souvient souvent de ses bivouacs car on a passé une très bonne soirée ou au contraire que les conditions étaient catastrophiques. Le bivouac dont je me souviens le plus est un bivouac où on avait décidé de dormir à la belle étoile car la météo prévoyait du beau temps mais où finalement il a plu une bonne partie de la nuit ce qui nous a obligé à rebrousser chemin après une nuit presque blanche. On s'est réveillés bien mouillés et vraiment fatigués. Un autre bon souvenir est une nuit passée dans la tente au bord du lac Lérié dans les Hautes Alpes à faire quelques photos en pleine nuit après avoir profité du coucher du soleil. Se lever un peu avant le soleil, profiter de l'apparition de la lumière et commencer la randonner aux premiers rayons du soleil, c'est magique.

Faire un bivouac, c'est donc dormir en montagne, dans un environnement parfois hostile (froid, vent, pluie), sauvage et souvent à l'écart de la civilisation. En général dans une tente, le bivouac peut être envisagé à la belle étoile si on sait ce qu'on fait et si on a le matériel adapté. On y reviendra un peu plus loin.

Le bivouac est souvent un choix mais cela peut aussi être obligatoire si il n’y a pas d’alternative sur le tracé que vous avez choisi. Quand c’est un choix, c’est souvent pour éviter de dormir dans des refuges bondés ou profiter de la nature et du calme. J’aime beaucoup faire des nuits sous la tente car en général je ne ferme pas l’oeil de la nuit dans les refuges (sauf sur le GR 20 où finalement j’ai très bien dormi la plupart du temps). La tente permet aussi une autonomie plus importante et permet de faire des itinéraires non imposés par la présence d’un refuge ou non.

Bivouac sous la tente

Le bivouac sous une tente n'est pas très difficile à réussir. Il faudra surtout bien choisir la tente et l'expérience fera le reste. Il y a deux ou trois trucs à savoir mais rien de bien compliqué.

Des bivouacs sur plusieurs jours consécutifs devront être bien réfléchis car le matériel emporté peut alourdir fortement le sac à dos. Il faudra donc économiser au maximum ce qu'on emporte et choisir du matériel le plus léger possible. Certains sites sont d'ailleurs spécialisés dans l'optimisation du matériel pour le bivouac et la randonnée. Parfois un peu extrême (et même au mépris de certaines règles de sécurité) on peut aussi trouver de bonnes idées et de bons conseils.

On pourra donc commencer par une randonnée sur deux jours avec un bivouac pour tester son matériel et sa façon de procéder. Rien de mieux que l’expérience pour se rendre compte de ce qu’on peut faire pour rendre un bivouac agréable et nous donner envie de recommencer l’expérience. Inutile partir directement pour un trek de trois semaines, il vaut mieux commencer par une randonnée sur deux jours pour tester son matériel et le poids du sac à dos. Petit à petit, on prendra les bons réflexes, on apprendra à choisir et optimiser son matériel. On apprendra à prendre moins d’affaires pour alléger son sac à dos durant la journée, on saura où planter la tente pour profiter du soleil le plus longtemps possible...

La règlementation

En fonction de l'endroit où vous allez, la réglementation concernant le bivouac pourra changer. Il faudra donc bien se renseigner sur ce que vous avez le droit de faire en particulier dans les parc nationaux qui sont bien présents en France.

En Corse par exemple, il n’est pas autorisé de planter sa tente en dehors des zones de refuges gardés. Il faudra payer une “redevance” au gardien du refuge en échange d’un emplacement entretenu et de l’utilisation des sanitaires. Ceci à cause des risques d’incendies en saison estivales si vous utilisez un réchaud à gaz. Mais dans les faits, il est toujours possible (même si cela n’est pas recommandé) de planter la tente en fin de journée pour partir au levé du jour. Il faudra juste rester discret et faire attention à l’environnement (nous déconseillons dans ce cas l’utilisation du réchaud, on ne plaisante pas avec les incendies quel que soit l’endroit où on se trouve).

Il faudra dans la plupart des cas attendre la début de soirée pour planter la tente et celle ci devra être démontée quand le soleil se lève.

Où planter sa tente ?

Il est toujours sympa de planter sa tente près d'un lac mais attention aux moustiques en été en fin de journée. Une fois la nuit tombée, normalement ils vous laisseront tranquille mais ce n'est pas toujours le cas. Il faudra donc bien faire attention à fermer les moustiquaires de la tente et à prévoir des vêtements avec des manches longues pour le soir.

L'endroit où on plante la tente ne doit pas être trop dur mais surtout il faudra faire attention à ce qu'il ne soit pas trop humide. Attention aux cuvettes ou aux endroit trop près des cours d'eau ou des lacs.

Il faudra aussi essayer si possible de trouver un endroit à l'abri du vent qui peut souffler très fort en montagne. Ce n'est pas toujours facile mais parfois il suffit de se déplacer de quelques dizaines de mètres. Évidemment si on bivouaque au sommet d'une montagne, éviter le vent sera difficile. On pourra alors essayer de faire une mur de pierres pour se protéger un peu. On trouve d'ailleurs ce genre d'abri sur certains sommets et à côté de certains lacs. Une partie du boulot sera déjà faite mais il faudra arriver les premiers pour en profiter.

Près des refuges, il faudra demander l'autorisation au gardien. En général, des emplacements payants sont prévus pour les tentes dans les refuges français. Ils donnent aussi l'autorisation d'utiliser les sanitaires du refuge. Idem à côté des refuges sur le GR 20 en Corse. Il faudra payer son emplacement au gardien.

Le feu est interdit dans tous les espaces protégés et dans certaines régions les feux sont très surveillés à cause des incendies (Corse par exemple ou sud-est de la France). Attention donc à ne pas faire n'importe quoi et bien surveiller le réchaud quand on fait la cuisine quelque soit l'endroit dans lequel on se trouve. Un simple moment d'inatention et ça peut être une catastrophe...

Poids du sac à dos

Comme on l'a dit plus haut, pour une randonnée sur deux jours avec un bivouac il faudra prévoir du matériel en plus par rapport à une randonnée à la journée. Il faudra effectivement manger et surtout dormir le soir. Si on ne dort pas dans un refuge, il faudra transporter une tente et un matelas en plus du matériel de randonnée classique. Du matériel qui peut vite peser très lourd dans le sac à dos.

Il faudra un plus gros sac à dos car en général pour une randonnée sur une journée on peut se contenter d'un sac de 30 ou 35 litres. Pour le matériel sur deux jours il faudra plutôt prendre un sac de 45 ou 50 litres (voire 60 litres si on a un sac de couchage volumineux et qu'on veut mettre la tente dans le sac et pas à l'extérieur). Certains pourront se contenter d'un sac de 40 litres (ou même 30 litres pour les furieux de l'optimisation) mais il faudra alors beaucoup d'expérience pour optimiser le remplissage de son sac et prévoir du matériel qui prend très peu place (mini réchaud, sac de couchage très compressible...).

A noter qu'il faudra trouver un bon compromis entre le confort d'une nuit dans la tente et le poids de son sac à dos. Si on part à deux on pourra partager le poids de la tente et celui de la "cuisine" (réchaud, popote, couverts...) mais il faudra porter son sac de couchage et son tapis de sol. La nourriture pourra aussi être partagée dans les deux sac à dos.

Chacun devra porter ses vêtements pour les deux ou trois jours ainsi qu'une veste et un pull chaud pour le soir (les soirée en bivouac peuvent être très froides même en plein été). Il faudra aussi prévoir des petits accessoires : briquet, pharmacie, papier toilette, serviette, couverture de survie, lampe frontale, gants qu'on ne prend pas forcément pour une randonnée à la journée (même si, dans mon cas, ce type de matériel reste tout le temps dans la poche du haut de mon sac à dos, quelle que soit la randonnée).

En résumé, il faudra compter entre 5 et 8 kilos de plus par sac pour une randonnée sur deux jours si on compte une partie de la tente (1 à 2 kg), le sac de couchage (1 à 2 kg), la nourriture (1 à 2 kg), un tapis de sol (quelques centaines de grammes selon le modèle), les vêtements de rechange et pour le soir...

On se rendra vite compte que chaque gramme compte et que des petites économies si elles sont nombreuses peuvent rapidement faire gagner 1 ou 2 kilos sur le poids total du sac à dos.

Quand je suis parti faire le GR 20, le soir avant le départ, nous avons tous rempli nos sacs à dos et nous nous sommes rapidement rendu compte qu'ils étaient bien trop lourds. On a donc enlevé quelques objets pas forcément indispensable malgré le tri qu'on avait déjà fait. Et je précise que le bivouac ne se passait pas sous la tente car nous avions prévu de dormir dans les refuges donc nous ne portions ni la tente ni les matelas

Chacun devra choisir ce qu'il considère comme de l'indispensable (veste imperméable par exemple) ou ce qu'on peut laisser à la maison. Au fur et à mesure que le temps passe, on pourra aussi s'équiper avec du matériel plus petit et plus léger mais en général ce matériel coûte bien plus cher.

Le sac de couchage

Un sac de couchage léger et très compressible permettra par exemple de gagner plusieurs centaines de grammes dans certains cas et de prendre moins de place dans le sac à dos. A noter qu'il vaut mieux choisir un sac à dos pas trop gros car on aura toujours tendance à le remplir. Si le sac est juste à la bonne taille, il nous faudra optimiser au maximum. Encore une fois, l'expérience est primordiale.

On trouve maintenant des sacs de couchage très confortables qui prennent peu de place et qui pèsent environ 1 kilogramme. La première fois que je suis parti en randonnée, c'était avec un énorme sac de couchage qui devait peser 2 kilos. Il prenait presque la moitié de mon sac à dos de 50 litres. Pas pratique pour mettre le reste de l'équipement qui lui même n'était pas du tout optimisé. Les 3 jours ont été difficiles pour le dos mais m'ont permis de bien voir le matériel qui a servi et celui qui est resté dans le sac. Et j'ai aussi pu acheter des vêtements plus léger et prévus pour la randonnée une fois que je savais ce dont j'avais besoin.

Choix de la tente

Le choix de la tente va aussi se révéler primordial. En effet, le poids de la tente peut rapidement atteindre des sommets et on trouve des tentes deux places qui font plus de 4 kilogrammes. Même si on est porte chacun la moitié, ça fera quand même deux kilogrammes à rajouter dans chaque sac à dos. Prendre une tente 3 places quand on est deux permettra d'améliorer le confort en ayant plus de place mais ajoute aussi du poids à la tente. Encore une fois, il faudra trouver le compromis entre le confort, le poids et le prix de la tente. A noter qu'on trouve maintenant de très bonnes tentes dont le poids tourne autour des deux kilogrammes pour moins de 300 euros et dont l'espace à vivre est largment suffisant comme par exemple la Hubba Hubba de MSR.

Les accessoires

On pourra aussi gagner un peu de poids et de place en choisissant soigneusement ses accessoires comme le réchaud qui peut être tout petit et très léger (on avait testé le réchaud le plus léger au monde) ou des popotes qui s'emboitent pour gagner de la place.

Le bivouac à la belle étoile

Pour gagner encore plus de place, certains n'hésitent pas à dormir à la belle étoile ou à réduire la tente à son strict minimum, c'est à dire une simple bâche (appelée tarp) qu'on fait tenir comme on peut : bâtons de marche, arbres, rochers... C'est assez extrême et pas forcément conseillé pour tout le monde mais ce sont des techniques intéressantes.

Pour dormir à la belle étoile, il existe aussi des sur-sacs de couchage qui permettent d'avoir une couche étanche au dessus de son duvet. Il faudra choisir un bon modèle pour qu'il soit bien respirant. Je n'ai testé qu'une seule fois et je n'ai pas été super convaincu : beaucoup de rosée, humidité qui nous tombe sur le visage... Finalement, je prefère porter une tente légère.

Conclusion

On a vu tout au long de cet article que de nombreuses astuces peuvent être trouvées pour gagner de la place et du poids dans son sac à dos quand on part en bivouac. Il faut aussi bien choisir ce qu'on emporte avec soi et prévoir à l'avance où va se faire le bivouac pour trouver un endroit qui est propice au bivouac.

L'expérience est primordiale lorsqu'on veut réussir une randonnée itinérante sur plusieurs jours en dormant sous la tente ou à la belle étoile. Il faudra donc faire des bivouacs plus ou moins réussis pour trouver votre façon de faire et le compromis entre le poids du sac et le confort de votre bivouac.

Tous les commentaires

Il n'y a pas de commentaire sur cette page pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires inutiles ou déplacés seront supprimés par les administrateurs du site.  Votre adresse e-mail ne sera pas affichée. Les retours à la ligne seront convertis automatiquement.  Le code HTML sera supprimé du message. 

(non diffusée)

(Max : 1000 caractères) :

@ 1999-2016 Randozone.com | Tous droits réservés | Déclaration CNIL n°1001010 | Haut de page