Date : 07/07/2006

Itinéraire :

  • 0h00 : Calenzana
  • 1h50 : Promontoire d'Arghjova
  • 2h50 : Bocca à u Saltu
  • 4h00 : Bocca à u Bazzichellu
  • 4h50 : Refuge d'Ortu di u Piobbu (42.46527 N, 8.90685 E)

Récit :

Levé à 5h00 difficile pour cette première journée. Certains randonneurs se sont levés bien plus tôt que nous et sont déjà partis. Nous commencons à marcher à 6h40 après avoir rangé les sacs pour la première fois. Ils nous semblent bien lourds mais cela ne peut que s'améliorer au fur et à mesure que nous consommerons la nourriture que nous emportons. J'ai rempli 2 gourdes de 2 litres, ce qui fait un supplément de poids important pour l'eau.

Début de l'étape

Le début de la randonnée est difficile. Non pas à cause du terrain (le début est assez progressif) mais plutôt à cause du poids du sac auquel nous ne sommes pas encore habitués. Il fait rapidement très chaud et surtout très humide alors qu'il fait très beau. On transpire beaucoup dans la première montée mais la vue sur la mer avec le soleil qui se lève est magnifique.

Promontoire d'Arghoja

Rapidement, le sentier devient plus technique et plus raide et il faut parfois poser les mains pour ne pas être déséquilibré par le poids du sac à dos. On s'aperçoit en lisant le topo de la FFRP que nous allons un peu plus vite que ce qui est prévu, ce qui est de bonne augure pour les étapes suivantes. Il faut voir si on arrive à conserver notre "avance" jusqu'à la fin de l'étape. Nous passons donc sans problème le promontoire d'Arghjova (la vue sur la mer est superbe), le bocca à u Saltu et le Bocca à u Bazzichellu.

Sur le sentier, on croise des chèvres "sauvages" avant d'arriver au refuge à 12h15 en 4h50 au lieu des 6h30 indiqués sur le topo-guide. Nous arrivons fatigués mais content de cette première étape sur laquelle nous n'avons pas forcé et qui s'est très bien passée. Je suis loin d'avoir consommé toute l'eau que je portais et je décide de ne porter que 2 litres pour les prochaines étapes. En fonction du temps et du temps indiqué sur le topo, je remplirai parfois la seconde gourde pour faire un complément.

Refuge d'Ortu di U Piobbu

Le refuge est très agréable (30 places environ). L'eau de la douche est tiède pour les premiers mais ensuite elle devient rapidement froide et il y a beaucoup de monde qui fait la queue. Il y a des crochets pour suspendre les affaires de rechange. Les sanitaires sont propres. Il y a de quoi se ravitailler, même si nous sommes à la première étape (coca, bières, pates, barres, gateau à la chataîgne). La personne qui garde le refuge est très sympa mais nous ne sommes pas sur qu'il s'agit du gardien "officiel".

Nous découvrons notre première après midi dans un refuge du GR20 avec au programme : douche, lessive, belote, écriture du carnet, sieste, rencontre avec les autres personnes qui font le GR (dans le même sens que nous ou dans l'autre sens), préparation des repas du midi et du soir, apéro...

Nous partons nous coucher vers 21h30 juste après le coucher de soleil. Beaucoup dorment déjà car demain le levé est prévu à 5h00 (voire plus tôt pour certains). Etonnement, la nuit se passera bien. Pas trop de bruit ni de ronflements. La fatigue doit aider...

Coucher de soleil depuis le refuge

Le bilan de cette journée est très positif : nous avons mis moins de temps que prévu sans forcer. La difficulté tient essentiellement au poids du sac à dos. Le sentier ne nous a pas paru très technique même si par endroit il faut obligatoirement "poser les mains" pour progresser. Ce n'est pas vraiment de l'escalade mais ce n'est pas non plus évident si on n'a pas l'habitude de marcher en montagne. Les prochaines étapes seront certainement plus compliquées au niveau "escalade". Le soleil n'a pas été trop présent ce qui a limité les problèmes liés à la chaleur. Le fait de marcher tôt le matin permet de profiter de la fraicheur du matin. Malgrès notre départ tardif à 6h40, nous sommes arrivés parmis les premiers et nous n'avons donc eu aucun problème pour réserver trois lits. En effet, nous ne pouvons pas réserver à l'avance dans les refuges donc les premiers arrivés sont les premiers servis. Après discussion avec le gardien, il apparait qu'on trouve toujours une solution pour faire dormir les gens à l'interieur s'ils n'ont pas de tente (surtout si il pleut).