Bien boire pendant votre randonnée est primordial, que ce soit une randonnée à la journée ou un trek de plusieurs jours à l’autre bout du monde. Evidemment les contraintes ne seront pas les mêmes mais quel que soit l’environnement il faudra faire attention à la bonne gestion de l’eau.

Dans cet article, on va voir comment boire, quand boire et pourquoi il est important de boire tout au long de votre randonnée.

Pourquoi l’hydratation est importante pendant une randonnée ?

Les symptômes d’un manque d’eau sont des maux de tête ou des vertiges, ce qui peut rapidement être très problématique pendant une randonnée. D’autant plus si on est en été, en montagne avec un sac à dos assez lourd. On avance moins vite, et si la déshydratation est importante il faudra s’arrêter. Il m’est arrivé deux fois de manquer d’eau et j’essaye de ne plus renouveler cette expérience.

En Corse sur le GR 20

La première fois, c’était en Corse sur le GR 20. Le soir du jour précédent, je n’avais quasiment pas bu au repas car on avait acheté du vin (oui grosse erreur). Et au petit déjeuner, j’ai aussi oublié de boire (la fatigue...). Ce jour là, malheureusement on devait faire une étape et demi et on ne passait pas au refuge intermédiaire (car trop en contrebas du sentier). Et bien sûr, il n’y avait pas de source sur cette étape.

Rapidement j’ai senti les effets du manque d’eau mais il était trop tard. Il fallait économiser l’eau pour être certain d’en avoir assez mais il fallait que je boive et surtout que j’avance… J’ai donc décidé de boire une gorgée toutes les 10 minutes et de garder l’eau le plus longtemps possible dans la bouche. Comme j’avais une pipette, je n’avais pas besoin de m’arrêter pour boire donc c’était facile. Et j’ai pris un rythme plus lent que les autres pour arriver au col. Au bout de 2 bonnes heures de marche, j’ai pu récupérer complètement et continuer la randonnée dans de bonnes conditions. On verra plus l’intérêt de la poche à eau équipée d’une pipette.

Dans les Pyrénées, sur une rando à la journée

La seconde fois, c’était dans les Pyrénées. J’étais parti pour une randonnée simple au lac Bleu en partant du versant Barèges. Je pensais aller uniquement jusqu’au lac et revenir par le même itinéraire. Mais quand je suis arrivé au lac, j’ai décidé d’en faire le tour. Malheureusement, il faisait très chaud, très beau et le tour du lac a pris beaucoup de temps car j’ai pris beaucoup de photos. J’ai donc épuisé toute mon eau bien avant la fin de la balade. Et bien, je peux vous assurer que la dernière heure a été très difficile. Plus une goutte d’eau, très chaud. J’étais vraiment fatigué. J’ai même demandé à des gens s’ils pouvaient me donner de l’eau mais je suis tombé sur des gens qui n’avaient pas d’eau du tout. Pas de chance. J’ai finalement pu atteindre la voiture où il me restait de l’eau dans une bouteille.

On ne se rend pas bien compte de l’impact sur le physique du manque d’eau tant qu’on ne l’a pas vécu. On a la bouche pâteuse, on se sent faible, on commence à avoir mal au crâne (d’autant plus si le soleil tape)... Et malheureusement, même si on se met à boire à ce moment la récupération n’est pas instantanée et il faut un peu de temps pour récupérer.

Il faut boire régulièrement pendant une randonnée

Il faudra donc faire attention à boire très régulièrement tout au long de votre randonnée. Qu’elle dure 2 heures ou toute la journée, n’attendez pas d’avoir soif pour vous hydrater. Une gorgée ou deux toutes les 10 ou 15 minutes seront suffisante dans la plupart des cas. Vous pouvez boire plus si vous avez prévu assez d’eau bien sûr.

Il faut que ça devienne un réflexe : avant de démarrer je bois un peu, et ensuite régulièrement je bois de nouveau. Quand vous aurez l’habitude, vous n’aurez même plus besoin de regarder votre montre et cela se fera naturellement. Si vous avez une pipette à eau, vous pourrez même boire sans vous arrêter de marcher ce qui est très pratique, on en reparlera plus tard. Vous n’aurez donc aucun excuse si vous ne buvez pas assez.

Faut il purifier l’eau ou la filtrer ?

En général, sur une randonnée à la journée, on prend de l’eau chez soi ou au refuge. Il n’y a donc pas de traitement particulier à prévoir. Par contre, quand on fait une randonnée sur plusieurs jours sans passer par des refuges il pourra être intéressant de prévoir des pastilles purifiantes et/ou un système de filtration. Il existe maintenant des gourdes qui intègrent un filtre ou même des pailles filtrantes (mais là on ne peux pas stocker l’eau).

Prévoir suffisamment d’eau pour toute la randonnée

En fait le plus difficile va être de prévoir la quantité d’eau dont vous allez avoir besoin pour tenir toute votre randonnée. Si c’est une randonnée de 2 heures, c’est facile. Mais pour une journée complète de 8 ou 10 heures, c’est bien plus difficile.

D’autant plus que cela dépendra de la météo (on boit plus en cas de forte chaleur), de l’altitude, du milieu dans lequel on évolue…

Il faut donc vous entraîner et à la fin de chaque randonnée, regarder combien il reste d’eau et à quels moment vous avez consommé votre eau (si vous avez suivi nos conseils, vous aurez bu régulièrement).

On boit avec une gourde classique ou une poche à eau ?

Dans un premier temps, il faut choisir votre gourde. Est ce que vous partez avec une gourde classique ou avec une poche à eau ?

Bouteille en plastique

On peut utiliser une bouteille d’eau classique en plastique à la place de la gourde mais c’est toujours mieux d’avoir une vraie gourde qui pourra être filtrante.

Gourde classique

La gourde classique sera plus solide et comme vous allez vous arrêter pour boire, vous pourrez regarder combien il reste d’eau dans la gourde. Vous pourrez la ranger dans une des poches latérales de votre sac à dos pour un accès plus facile. Il ne sera ainsi pas indispensable d’ouvrir le sac.

Poche à eau

La poche à eau est une alternative qui s’est beaucoup développé ces dernières années. Elle permet de stocker l’eau dans un contenant qui une fois vide pendra très peu de place. On peut donc prévoir deux poches et remplir la seconde uniquement quand on a besoin de beaucoup d’eau.

On peut aussi les équiper d’une pipette qui permet d’avoir accès à l’eau sans s’arrêter. Au départ, c’était plutôt destiné aux traileurs mais en randonnée c’est vraiment très pratique aussi.

L’inconvénient et que puisqu’on peut boire sans s’arrêter, il est difficile de savoir combien d’eau il reste au cours de la journée. Il faut donc profiter des pauses pour vérifier le niveau de la poche pour ne pas tomber à cours d’eau durant la randonnée.

En hiver, quand il fait très froid, l’eau peut geler dans le tuyau donc certaines marques ont prévu un manchon qui permet de protéger le tube du froid et éviter que l’eau gèle. C’est une bonne idée.

Il existe plusieurs marques de poches à eau qui ont chacune leurs spécificités. A vous de trouver ce qui vous convient : poche simple ou rigide, pipette avec embout à robinet… Il y en a pour tout le monde et à tous les prix. Sachez que certaines poches peuvent être ouverte sur toute la largeur pour un nettoyage plus facile.