L'altitude et ses effets

Article publié le 01/01/2005 par Rokad|Modifié le 10/12/2015

Partager :       

Tout savoir sur l'altitude et ses effets sur l'organisme pour vous aider à préparer vos activités outdoor en montagne.

Les conditions de vie en altitude dépendent de nombreux facteurs : le relief, les conditions climatiques mais aussi la pression atmosphérique qui diminue quand l'altitude augmente.

La température de l'air diminue plus on prend de la hauteur. Elle diminue en moyenne de 6.5°C tous les 1000m ou de 1°C tous les 150m. De plus, le vent diminue encore la température de l'air, augmentant ainsi les risques de gelures ou d'hypothermie.

Le rayonnement ultraviolet est plus intense en altitude donc il faut se protéger la peau et les yeux. Ce rayonnement est multiplié par 2 ou 2,5 à 4000m et il peut provoquer des uvéites des neiges rendant provisoirement aveugle.

Plus on monte, plus l'air est sec, ce qui augmente la sensation de soif et augmente donc les risques de déshydratation. A 2000m, l'humidité relative a diminué de 50% par rapport au niveau de la mer et 75% à 4000m.

Les vents et les différences de températures augmentent les risques d'orages violents.

Pression athmosphérique

La diminution de la pression atmosphérique s'accompagne d'une baisse de la pression partielle des gaz contenus dans l'air et donc entraîne la diminution de l'oxygène dans l'air. Respirer est plus difficile et les efforts physiques sont donc plus fatigants pour l'organisme. Tous ces facteurs constituent des agressions pour l'organisme et peuvent conduire au Mal des Montagnes qu'il faut traiter rapidement en descendant ou en s'acclimatant à l'altitude en restant quelques heures sans prendre de hauteur (voir fiche MAM).

Hypoxie

L'hypoxie est une diminution de la quantité d'oxygène dont les cellules de l'organisme peuvent se servir. Cette diminution peut provenir de la diminution de la pression de l'oxygène dans l'air quand on prend de l'altitude. Heureusement le corps peut s'adapter à l'altitude notamment en augmentant le taux d'hémoglobine dans le sang. On peut donc préparer l'organisme à l'altitude en y séjournant régulièrement.

Contre-indications formelles à un séjour en altitude > 2500 m
  • Maladie cardiaque non stabilisée
  • Insuffisance respiratoire chronique
  • Certaines maladies sanguines
  • Affections psychiatriques graves
Contre-indications relatives à un séjour en altitude > 2500 m
  • Grossesse dans le premier et le troisième trimestre
  • Maladie cardiaque stabilisée Bronchite chronique
  • Enfant de moins de 18 mois
  • Toutes les maladies nécessitant une surveillance régulière (diabète)
  • Asthme déclenché par le froid ou l'effort.

Tous les commentaires

1. socitmo 02/11/2006:

Bel article qui me servira beaucoup pour mon exposé. Je souhaite ajouter que l'hypoxie d'altitude agit aussi sur le coeur, le système nerveux central, l'oeil et l'audition. bonne continuation

2. Marcel 04/11/2006:

Pas du tout d'accord en ce qui concerne le diabète et les maladies cardiaques (cornariennes plus précisément).

En règle : Un homme averti en vaut deux ...

Un diabétique non insulino-dépendant qui se connaît bien est certainement moins en danger qu'un individu qui ne conaît pas biens les réactions de son organisme à l'effort.

Un cardiaque ordinaire (coronarien) qui a dégagé ses coronaires (stent, balonnet, pontage), qui connaît les symptomes précurseurs d'un malaise cardiaque (nausées à l'effort), qui passe un électro à l'effort tous les six mois ... est bien moins en danger qu'un cardiaque qui s'ignore!

Bref, j'ai un stent, je suis diabétique sans piqures ... et je me sens à l'aise à 3.000 mètres.

Le pire pour moi serait de me sentir amondri, de ne plus pouvoir rêver.

Ceci dit ... si vous avez de bons arguments (pas des généralités) je suis prêt à les écouter et à en tenir compte. Mais à l'heure d'aujourd'hui, aucun des deux spécialistes qui me suivent ne m'ont fourni de contre-indication, bien au contraire. Pour info, si je ne me surveille pas, j'accumule du sucre, certes, mais quelque soit l'effort auquel je me livre, en jeune total ... je n'arrive jamais à l'hypoglycémie. Il faut dire que j'ai encore pas mal de masse adipeuses ... beaucoup trop! On verra si je redeviens un jour maigrichon ...

3.  exbrayat laurent 20/06/2007:

je suis diabétique insulino dépendant et je viens de passer 5250 m au Pérou sans problèmes

4.  MM&M 03/03/2008:

nous sommes élèves de seconde et nous aimerons avoir plus de renseignements sur les effets de l'altitude sur l'organisme et notamment si l'altitude a vraiment des effets secondaires sur les personnes diabétiques. Merci d'avance (c'est important c'est pour un exposé)

5. rokad 03/03/2008:

Vous pouvez consulter cet article : les diabétiques en altitude

6.  tibo de Vinci 2nde8 28/04/2008:

Et encore une petite chose le mot " fatigant" ne s'écrit pas avec un "u" après le "g"!! Et encore merci pour ce reportage très enrichissant pour mon exposé !! je dit "encore merci" dans mon message car c'est moi qui est fait un commentaire mais sans pseudonyme ! merci beaucoup

7. rokad 28/04/2008:

C'est corrigé. Merci pour ces précisions.

8.  PICQ Pierre 10/05/2012:

Y-a-t il contre indication d'un trek en altitude au Népal 5000m et la DMLA ?

9. rokad 10/05/2012:

Le mieux serait mieux de demander à votre ophtalmologiste qui doit être plus compétent et saura mieux vous répondre en fonction du niveau de votre DMLA.

10.  PICQ Pierre 20/06/2012:

Altitude et DMLA: Pour répondre à rokad: évidemment j'ai demandé à mon ophtalmo, mais comme beaucoup de médecins ils tirent la couverture à eux et ne veulent pas se mouiller comme dans le cas du diabète. J'aimerais avoir un avis de quelqu'un qui a déjà effectué un séjour en altitude avec cette pathologie .Merci de vos réponses .

Ajouter un commentaire

Les commentaires inutiles ou déplacés seront supprimés par les administrateurs du site.  Votre adresse e-mail ne sera pas affichée. Les retours à la ligne seront convertis automatiquement.  Le code HTML sera supprimé du message. 

(non diffusée)

(Max : 1000 caractères) :

@ 1999-2016 Randozone.com | Tous droits réservés | Déclaration CNIL n°1001010 | Haut de page